La photocitation : un genre technodiscursif plurisémiotique sur Twitter. Description et catégorisation

 

En guise d’introduction

Dans les écritures numériques, le discours en ligne peut prendre plusieurs formes (direct et indirect), multimodales et plurisémiotiques : retweet et partage d’un contenu, d’un texte, hyperliens renvoyant à un autre contenu, Screenshot (capture d’écran), photographies de texte avec ou sans surlignage, vidéos, etc. Ces formes discursives sont appelées technodiscours rapportés inséparables des pratiques technodiscursives des twitteurs.

Dans ce billet nous nous intéressons à un genre particulier d’écrit d’écran considéré comme une forme de discours rapporté (dorénavant DR) devenu une pratique exponentielle avec la massification des réseaux socionumériques : la citation photographique (dorénavant photocitation). La pratique de la photocitation est très récurrente sur les réseaux sociaux et mérite qu’on s’y attarde du fait de son caractère multiforme intégrée dans les pratiques technodiscursives des internautes, entendues comme la mise en discours de la langue dans un environnement technologique (Paveau, 217).

Stabilisée, la citation plus particulièrement la photocitation dans les environnements numériques est un genre de discours natif particulier de twittécritures[1] qui a ses formes et ses spécificités, différente de la citation prénumérique car :

La forme prénumérique de la citation, qui présente une homogénéité du code entre le texte-source et l’extrait (le texte-source, comme la citation extraite, sont dans l’ordre scriptural), est modifiée par le composite : la citation n’appartient plus au même ordre sémiotique que le texte-source mais relève de l’image photographique » (Paveau, 2019)

Suivant la démarche écologique et descriptive de l’analyse du discours numérique (Paveau, 2017) cet billet propose donc de décrire d’un point de vue technolinguistique et sémiodiscursif certaines pratiques de citations d’internautes dans les environnements numériques plus précisément sur Twitter. Il pose l’hypothèse selon laquelle certains genres de discours qu’ils soient prénumériques ou numériques (la publication numérique, textiels, le poster, la vignette, l’image de texte etc.) s’entremêlent et s’entrecroisent quelquefois à l’écran pour constituer des genres hybrides que l’on qualifie de technogenres de discours. De fait, nous pourrons supposer, en nous basant sur l’hypothèse émise, que la citation comme technodiscours rapporté garde non seulement un peu de sa tournure scripturale prénumérique en ligne (la citation scripturale en ligne) mais elle est aussi iconisée soit par screenshot, soit par création composite à l’aide de technographismes[2] ou soit par photographie produite d’abord hors ligne par smartphone puis téléversée dans un autre environnement technologique connecté. Nous allons à cet effet tenter de « comprendre comment la sémiotisation du texte [ de la citation] s’opère dans les processus matériels de sa mise en forme. » (Jeanneret et Souchier, 2005 : 4) en ligne, en d’autres terme il s’agit d’appréhender d’une façon systématique les transformations sémiotiques de la citation, ses pratiques et ses fonctions technodiscursives dans le dispositif Twitter.

Nous tenterons ci-après de donner quelques exemples représentant la pratique de la citation iconisée sur Twitter. Deux principales formes citationnelles se dégagent de l’écran :

  • La citation technographique

Nous entendons par citations technographiques, les citations produites dans un environnement technologique. Celles-ci sont des créations composites par le biais de logiciels de technographismes. Elles sont proposées par des sites spécialisés dans les citations et reprises par les utilisateurs des RSN notamment sur Twitter.

                                      Image 1. Citation technographique
                                         Source :@cacompterpourmoi

D’un point de vue sémiotique, le tweet La #citation pour s’inspirer. #success posté par Ça Compte Pour Moi sur son compte Twitter (Figure 1), montre une photographie numérique de texte d’une citation d’Anne SWEENEY sur le succès. Le texte est posté sur un support papier qui paraît légèrement froissé. Une technique utilisée à l’aide de logiciel de technographismes (Photoshop) pour donner un aspect réel, authentique d’une citation prise en photographie alors que ce n’est pas le cas. Il s’agit donc d’un détournement créatif et ludique de la dite citation dans lequel les éléments visuels laissent paraître une forme d’iconisation du texte. Le texte est disposé sur une image de fond qui ressemble à un bout de papier frugalement chiffonné ce qui laisse penser que c’est une création composite.

                                       Figure 2. Citation technographique
                                         Source :@cacompterpourmoi

Ce genre de tweet (figure 2) met en corrélation l’énoncé verbal et la citation technographique qui l’accompagne. L’énonciateur par jeu de langage associe son discours à celui de la citation iconotextuelle ; une manière d’introduire directement la citation toute en exprimant son parfait approbation au discours cité par l’expression « Je suis d’accord au fait que même si vous… ». Cette expression fonctionne comme un discours d’escorte du texte iconisé. La multimodalité et la relationnalité des tweets font du texte saisi et de l’iconotexte de ce tweet un discours relationnel i.e. liés et imbriqués pour ne construire qu’un seul discours.

  • La citation vignette

On appelle citation vignette : une création composite numérique native mêlant photographie et texte de citation à l’aide d’application de technographisme. Une forme particulière de technographisme de citation très répandu sur les réseaux sociaux et les sites web. Il y a même des sites spécialisés rien que pour la création de ce type d’image de citation. La citation vignette est un genre particulier de la vignette. Cette dernière est définit comme une photographie (comme support) agrémenté de matérialité textuelle (un titre pour la presse, des slogans publicitaire pour le marketing, une citation d’un auteur connu, un message politique, etc.). Ce type de tehnographisme est typique à une forme déjà identifiée par Maingueneau (2012) sous le nom “d’aphorisation”. La photographie constituant le fond de la vignette est généralement en rapport avec l’auteur ou avec le message linguistique qui l’accompagne. Nous joignons ci-dessous un exemple de citation vignette dont la face iconique et verbale ne font qu’un.

                                Figure 3. La citation vignette
                                   Source :@ELLEfrance

Le tweet de l’image ci-haut (Figure 3) met en évidence une forme très courante de citation sur les réseaux sociaux numériques. Il est constitué d’une image ornée d’une citation dont l’auteur est affiché en bas de celle-ci. C’est une citation vignette technographique qui rentre dans la forme discursive et composite du tweet du magazine français ELLE consacrée au voyage. Le tweet montre une image d’une femme assise, contemplant le paysage qui s’offrait à elle, sans doute une photo de voyage. En plus de la citation vignette proposée, l’énoncé verbal du tweet est orné à la fin, d’un lien hypertexte redirigeant les récepteurs (ceux qui suivent la page) vers d’autres citations qui pourront certainement les influencées et donneront à ceux-ci le goût du voyage. La citation vignette est une iconisation du texte d’une citation assortie d’une image, d’une photographie, d’un fond en couleur permise par les logiciels de technographismes en ligne.

 

  • LA CITATION PHOTOGRAPHIQUE COMME TECHNOGENRE DE DISCOURS

Sous ce titre, nous allons nous focalisé sur une forme spécifique de l’iconisation de texte de citation par le biais de la photographie. Nous parlons dans ce cas de citation photographique ou de photocitation étant donné que la pratique et le partage d’images et de photographies de citation s’est installée et largement stabilisée dans les pratiques technodiscursives d’internautes.

 La photocitation est une photographie de texte qui, à l’origine un segment textuel imprimé et/ou transcrit sur papier, puis éternisé par le biais de la photographie. Cette dernière permet de fixer dans le temps les objets et de les collectionner comme artefacts personnels sortis de leur contexte spatio-temporel et intime de production pour enfin les embarquer en ligne en les partageant avec d’autres utilisateurs faisant partie du cercle des amis virtuels (sphère extime).

Nous allons de prime à bord nous intéresser dans cette partie à un type particulier de photographie, c’est la photographie de citation déictique. Nous entendons par photographie de citation déictique à la suite de Paveau M-A dans son billet la photographie déictique en ligne [1], une citation mise en photographie contenant directement ou indirectement « des éléments, corporels ou non, qui signalent la présence physique du.de la photographe.» (Paveau, 2019 [en ligne]). Puisque comme le stipulais Pierce, « la photographie serait iconique mais aussi indicielle car marquée d’une empreinte laissée par l’objet sous forme d’occultation de la lumière ». On parle dans ce cas-là de déixis numériques en nous référant à tous ce qui marque l’indicialité de l’énonciateur dans les twittécritures. Nous tenterons dans ce qui va suivre de présenter, sans prétention exhaustive, les différentes formes de l’iconisation du texte de citations par photographie/screenshot et leur mise en circulation dans les technodiscours natifs sur Twitter en se basant sur les formes de déixis numériques. Ceci n’exclut pas les énoncés verbaux des tweets qui accompagnent ces citations sous ses différentes formes car l’énoncé va de pair avec l’image et ils n’en font qu’un tout homogène et significatif :

les énoncés dans les posts et les photographies déictiques ont un rapport composite. En effet, les énoncés ne sont pas des légendes qui accompagneraient a posteriori les images, et inversement les images ne sont pas des illustrations des textes ; l’ensemble forme une seule et même unité technographique complexe, la double iconisation de l’image étant assortie d’énoncés qui leurs sont isoréférentiels, c’est-à-dire doublant de différentes manières le contenu de l’image (référence)

Les énoncé des tweets pourrait constitués des discours directes commentés, ou des discours d’escortes à valeur explicative, ou argumentative, recontextualisant les discours des photocitations. Nous distinguons deux sortes de photographies de citation déictique que nous présenterons ci-dessous :

  • La photographie de citation déictique directe

Dans le deuxième cas (Figure 4), nous avons affaire à une photographie de citation déictique directe de texte avec surlignage où l’effet de l’indexicalité est très visible. C’est un exemple de phototexte de citation déictique directe qui est à l’origine une photolecture déictique, puisqu’ elle porte des traces de déixis corporelle. On voit les doigts de la main du sujet énonciateur qui photographie posés au début de la citation surlignée. L’énonciateur cherche à mettre en valeur uniquement le passage surligné afin d’avoir un impact sur le récepteur. Un fort passage de la lecture du jour sur lequel l’utilisateur s’arrête et prend le temps de le surligner et tient à le partager avec son cercle d’amis abonnés à son compte Twitter.

Figure 4. Photographie de citation déictique directe d’un passage de livre avec soulignement                                                  Source :@Sociopseudonyme

L’exemple de la figure 5 ci-dessous est intéressant à décrypter. C’est un tweet dans lequel l’énonciateur-scripteur met en avant une photographie de citation. Il est caractérisé par sa propriété déictique où l’en perçoit d’une manière notable l’indexicalité de l’énonciateur-photographe (les doigts de la main qui tient un bout de papier sur lequel est imprimé une citation de Malek Bensafia) qu’on a tenu à ce qu’il soit anonyme. La citation photographique est accompagnée dans le tweet du hashtag #Visé sous-entendant que c’est un message prédestiné à un/des autre (s) utilisateurs anonyme (s) censé (s) le percevoir et l’interpréter.   La photographie de citation « la photocitation », ici, a un fort enjeu discursif. Le Twitte véhiculé par l’image-texte et par le hashtag et par d’autres marqueurs énonciatifs numériques comme le nom de compte de l’énonciateur, les éléments technodiscursifs qui entoure la publication, constitue un véritable « écrit d’écran » (Allard, 2015a cité par Paveau 2017 : 310) et par conséquent une photographie de citation discursive. Dans ce type de technodiscours, les “marques énonciatives du discours direct (verbe locutoire, deux points, guillemets dans le modèle type)disparaissent, remplacés par le port [du bout de papier] de citation. C’est en effet [ce bout de papier] que moi locutrice j’expose à un objectif qui dit à celui qui va me lire : je suis en train de parler et je dis “[texte du petit papier]”. (Paveau, 2013)

                                       Figure 5.  Photographie de citation déictique directe

 

  • La photographie de citation déictique indirecte

 

Figure 6. Photographie de citation manuscrite déictique indirecte
                                      Source :@mes_zakaria

Figure 7. Photographie de citation ou d’autocitation manuscrite déictique indirecte
                                      Source :@mes_zakaria

À la différence des deux exemples cités, les tweets des figures 6 et 7 sont tous deux constitués de l’énoncé verbal accompagné d’une citation photographique manuscrite déictique indirecte traitant de différents thèmes. Il y a là, en effet, une pratique d’autocitation car c’est l’auteur qui s’autocite. Cette photographie d’autocitation devenue phototexte de citation possède dans sa forme manuscrite, les traits habituels d’une citation prénumérique (présence des signes typographiques comme les guillemets, le nom de l’auteur). Nous voyons dans le tweet, que l’énonciateur s’identifie verbalement de lui-même par la voix des marques énonciatives (Je, ma). Toutefois, dans la photographie de citation manuscrite, les marqueurs de déixis de l’auteur sont non explicites contrairement à l’énoncé verbal. La photographie de citation recèle des traces indirectes qui se manifestent dans le caractère manuscrit, les ombres qui ornent la photographie où l’on voit l’ombre des doigts de la main et du téléphone servant à la prise de photo et les objets l’entourant comme le stylo bleu posé sur la feuille. Tout ce qui entourent et cadre la photographie témoignent de la présence du photographe et par conséquent, ils participent indirectement à l’identification du contexte de production (énonciation). L’énoncé verbal du tweet n°10 est une forme de citation résumante du contenu de la photo-citation manuscrite qui l’accompagne. Tandis que l’énoncé verbal qui accompagne la photocitation n°7 est un discours qui justifie le recours à une telle citation. Donc, les deux photocitations, de par leur valeur communicantes, ont une fonction argumentative.

                          Figure8.  Photographie de citation déictique indirecte
                                Source : Page Mes Écritures sur Facebook

Nous avons enfin un autre cas de figure, la photographie de citation scripturale (Figure 8), forme de discours citationnel composé d’une photographie de citation prise dans un restaurant, rédigée manuellement sur un support papier contenant au-dessous l’auteur de la citation qui n’est que celui qui a pris cette photo (probablement une autocitation). Le tweet est accompagné d’un énoncé dans lequel l’énonciateur est clairement visible notamment par le biais des marqueurs énonciatifs (Je confirme + je partage) de l’utilisateur qui a tweeté cette citation postée à l’origine sur la page Facebook Mes Écritures reprise sur Twitter. Le message de la citation va de pair avec le contexte spatial de sa production.

À leur apparence icono-textuelle, les citations d’auteurs sont immortalisés par le truchement de la photographie et les partager dans l’ « abondance numérique » (Mackrous, 2014), c’est écrire avec leurs auteurs et participer, dans le même temps, à leur éternisassions dans la mémoire numérique et discursive. Loin des gestes d’archivage, la photocitation est de l’ordre de l’image photographique qui ne constitue pas une illustration, mais que, utilisée pour donner à lire plutôt qu’à voir. De la sorte, les photographies de citations (photocitations) ne se donnent pas à voir comme telles mais plus tôt à se faire lire par le récepteur puisque elles font texte. Pour Alexandra KOENIGUER (2011 : en ligne), le texte dans l’image devient un sujet photographique. Pour elle,

L’écrit n’est, dans ces conditions, plus un élément hétéroclite qui se superpose à l’image et l’asservit en investissant sa surface. L’indifférenciation des matériaux de l’image et du texte ne permet plus d’établir de hiérarchie, ni dans la composition, ni entre les disciplines. Le texte fait partie intégrante de la surface photographique : ce qu’il renvoie de l’image appartient à l’image, opérant dès lors un glissement définitif des systèmes de lecture, puisqu’il s’agit de lire la photographie autant que de regarder l’écrit.          

La photocitation comme photographie en dit tant sur la personne qui photographie que sur la citation photographiée elle-même : le choix du texte, de l’auteur, du cadre spatio-temporel (exemple de la photographie d’autocitation manuscrite 8 au restaurant) sont autant d’indices qui parlent sur le sujet photographe. De plus, toutes ces pratiques d’écrilecture (Paveau 2016) avec une photographie, ces façons de photographier un texte de citation, de l’écrire, de le partager sont mues par le désir de dessiner le rapport subjectif (Ghlis, 2019) qu’on a établi avec ses textes et les messages qu’ils reflètent à l’écran. Nous pensons donc à partir des cas étudiés, que les photocitations ne sont pas émises pour contourner la limitation du nombre de caractères comme le stipule Lacaze (2021) mais comme pratique qui

tient lieu de marques du discours direct, et c’est la spécificité de ce discours rapporté en ligne, qui passe par des matérialités et des images. [la photocitation], […] en autocitation, nous dit en effet qu’une parole, détachée de sont point d’énonciation couramment admis, c’est-à-dire la bouche et l’esprit (point que j’appelle égocéphalocentré), s’origine d’une autre matérialité : le papier dans le contexte d’une photographie. Mais l’énonciation est bien là, et la [photocitation]est bien un énoncé, un technénoncé, un énoncé augmenté de matérialité technologique. (Paveau, 2013 en ligne)

Pour terminer cette catégorisation, la pratique de la citation photographique quel que soit sa nature (photocitation d’épigraphe, photo-d’autocitation, etc.) semble donc ancrée dans les pratiques de twittécritures des twitteurs.ses qui se concerte avec les autres modalités citationnelles et discursives du DR dans les univers discursifs natifs. 

 

CONCLUSION

Cette description – qui ne constitue qu’une série de collections d’usages citationnels contemporains non exhaustive – montre que les pratiques citationnelles sur Twitter participent à la construction et à la compréhension du discours en ligne. Dans l’architecture ou la syntaxe discursive du tweet, la citation dans sa forme iconotextuelle n’est pas une simple illustration ou un complément de sens mais renforce le discours citant. Par la citation, l’utilisateur invoque des auteurs comme nous l’avons exemplifié ci-hauts pour passer un message, apporter une preuve notamment pour crédibiliser son discours partage ces expériences de lecture les propos célèbres d’auteurs. 

Bien qu’on retrouve des formes prénumériques de la citation dans les écrits d’écran (les tweets),  la citation dans les environnements numériques se différencie de la citation prénumérique dans sa forme classique hors ligne car elle est directement insérée et iconisée dans un dispositif technologique connecté par le biais de technographismes ou d’appareils photos de smartphone ou de fonctionnalité in web permettant l’iconisation d’un texte sur un poste[3] . La citation photographique sur Twitter partage les mêmes traits technodiscursifs que la photographie déictique, puisque tous deux sont des technodiscours rapportés, fruit d’une numérisation native et constituent une pratique de la citation qui intègre la matérialité du support (Paveau, 2017 :312) par le biais de l’embarquement du contexte. Il apparait aussi que l’usage de la citation numérisée, que ce soit sous sa forme technographique ou icono-textuelle, ne se limite pas aux tweets ou statuts (Facebook), elle est quelquefois arborée par les internautes comme photo de profil ou de couverture ou comme une biographie dans le cas de Facebook.

De la même manière que les citations scripturales prénumérique se perçoivent incrustées et « figées » sur les pages des articles de journaux, magazines et sites Internet, les citations numérisées ou purement numériques (scripturales, photographiées et screenshotées) connaissent aussi une multiplicité de reprises dans les écosystèmes connectés et non connectés. De ce fait, la plupart des citations présentées dans cet article sortent de leur contexte original et initial de production et de diffusion et elles sont intégrées dans un autre contexte plus hybride. Les photos-textes de citation (ou les photocitations) sont donc circulantes et multi-support.  Leur circulation multicanal est permise notamment par les outils de navigation connectés et les options de partage multisites des sites web, des blogs et des réseaux sociaux numériques (partage pour Facebook et tweet et retweet pour Twitter). Cette description nous a permis d’affirmer, dans le cas de la citation, que les genres s’entrecroisent et s’hybrident en ligne : la citation avec l’image ou la photographie (citation technographique et photographique). Elle nous a également permis de questionner les genres existants et les technogenres du fait que la citation est d’abord un texte s’inscrivant dans la catégorie des genres de discours préexistants. 

BIBLIOGRAPHIE                                       

  • Jeanneret, Y., (2000), Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

  • Jeanneret Yves, Souchier Emmanuël., (2005), « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication et langages 145 : 3-15.

  • Maingueneau, D., (2012), Les phrases sans texte. (Paris : Colin) coll. U Linguistique, 184 pages
  • Marcoccia, M., (2004), « La citation automatique dans les messageries électroniques », Juan Lopez Muñoz., Sophie Marnette & Laurence Rosier : Le discours rapporté dans tous ses états, Paris, L’Harmattan : 467-476

  • Mayeur, I., (à paraitre), « La citation dans les des carnets de recherche en sciences humaines et sociales : approche formelle et fonctionnelle » in Le discours et la langue. Revue de linguistique française et d’analyse du discours (in press) http://hdl.handle.net/2268/238370

  • Paveau, M-A., (2017). L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques. Paris, Hermann.

  • Rosier, Laurence. 2008. Le discours rapporté en français. Paris: OPHRYS.

  • Malandain, Jean-Louis., (1994), « L’écrit fait écran », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 02, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 13 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ries/4283

NOTES


[1] Le mot twittécritures est un néologisme composé de tweet (pour Twitter) et écritures, utilisé par Paveau pour faire référence aux écrits produits sur Twitter.

[2] Le mot technographisme se définit selon Paveau (2017 : 305) comme « une production sémiotique associant texte et image dans un composite natif d’internet. L’élément -graphisme, conformément à son étymologie (le verbe grec graphein, signifiant « tracer » et « écrire ») signifie ici à la fois le geste de tracer, renvoyant au dessin ou à l’image et celui d’écrire, renvoyant au texte. ». Pour plus d’explication Cf. entrée Technographisme, dans l’ouvrage de Paveau, « L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques. Paris, Hermann. (p.305)

[3] Cette fonctionnalité n’est pas disponible sur Twitter. Elle est disponible sur Facebook et cantonné aux seuls statuts, permettant ainsi à l’utilisateur de choisir un fond coloré et un motif d’arrière-plan avant d’y annoter son texte de citation ; au final une citation devenue image (voire la screenshot du tweet de l’image 7).


Pour citer ce billet : [Référence électronique]

Bourdache A., 2022, « La photocitation : un genre technodiscursif  plurisémiotique sur Twitter. Description et catégorisation », Discours, langue et société [Carnet de recherche], en ligne https://lesms.hypotheses.org/808, consulté le…


AUTEUR


Achour Bourdache

Département de langue et littérature françaises, laboratoire LESMS, Université A. Mira. Bejaia, Algérie

Articles du même auteur

Le décors, un technographisme véhiculant une énonciation matérielle visuelle sur Facebook. Description techno-sémiolinguistique et discursive des formes et pratiques [Texte intégral]                           

Paru dans Langues & Usages,  5| 2022                                                                                                                                       


DROITS D’AUTEUR

Dislanso [Discours, langue et société] est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 Internationa


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search