La construction d’un discours pragmatique dans le supportérisme sur les réseaux sociaux : le cas du « continent camerounais »

Résumé

       Cet article a pour but l’analyse de ce qu’il convient d’appeler dorénavant la diplomatie numérique ou ediplomaticy dans le domaine du football, notamment camerounais (Bekombo Jabea, 2016). Cette diplomatie sportive, qui évolue en marge des circuits classiques à travers de nouveaux acteurs est un discours moins feutré, se révèle être un élément fondateur dans la construction de l’identité du Cameroun.  Cette analyse démontre que le supportérisme porté sur les réseaux sociaux par des influenceurs et artistes en utilisant des procédés du sensationnel et de l’argumentation, participe activement à définir une image particulière du pays des Lions Indomptables. Les vues ainsi ressorties des discours posent les Camerounais comme des figures dominantes du sport africain, en les opposant aux autres compétiteurs. Elles révèlent la singularité du peuple camerounais face à l’adversité, dans la défaite et dans les victoires. L’application des procédés d’analyse suggérés par Searle (1979), Seca (2003) et Charaudeau (2007) ont constitué, entre autres, les bases méthodologiques de nos analyses.

Mots-clés : Discours, football, diplomatie sportive, supportérisme, Cameroun

TEXTE INTEGRAL Téléchargez le PDF de l'article ici


Introduction

Le football est sans aucun doute le sport qui compte le plus grand nombre d’adeptes. Célèbre pour les passions qu’il déchaîne lors des grandes compétitions, ce sport, par sa dimension médiatique et internationale, est, selon P. Boniface (2006) « un des domaines où se construisent, se transforment, se reconstruisent, voire, se déconstruisent les identités nationales ». C’est donc fort opportunément que le football s’établit comme un outil de diplomatie (N. Belayachi, 1990 ; Fatou Sarr Ndiaye Ba, 1990 ; J. F. Bourg, 1995 ; C. Deville- Danthu, 1995 ; M. Gounelle, 1987, C. Bekombo Jabea, 2016). Corroborant l’indéniable impact du sport, Roger Milla, dans les propos rapportés par Y. Fates (2007 :12) déclare : « Le football, c’est ce qui permet à un petit pays de devenir grand ». En Afrique, depuis la prestation honorable de l’équipe nationale baptisée « Les Lions Indomptables » au Mondial Italie 90, les joueurs de football se retrouvent projetés, bien fortuitement, au rang de vitrine du Cameroun tant et si bien que des périphrases inspirées du talent de certains joueurs « le pays de Roger Milla », « le pays de Samuel Éto’o » apparaissent dans l’usage commun pour désigner cette nation dans le concert international. Le Cameroun, affilié à la FIFA et à la CAF, participe régulièrement aux phases finales de la coupe du monde et de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Et si le patriotisme est, habituellement, porté par le discours officiel à la charge de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), on observe que ce discours est alimenté et exacerbé par ceux des supporters. Ce « militantisme » des supporters ne se réduit plus aux limites des stades et s’invite de manière plus récurrente sur les réseaux sociaux. Un tel supportérisme s’est de plus en plus étendu dans les habitudes des Camerounais, anciens joueurs, artistes ou influenceurs… Ces différents discours, construits autour de la fierté nationale, participent de la construction de l’identité nationale en se posant souvent en opposition à d’autres discours d’adversaires… La portée de cette « diplomatie » en ligne, diplomatie numérique ou twiplomacy est telle que les réseaux sociaux sont devenus même pour les diplomates de métier un véritable outil. Les interférences entre le football et la construction de l’image d’une nation conduit immanquablement à concevoir ce sport comme un soft power. Cette production scientifique, s’inscrivant fortement dans la perception du « sport comme outil d’analyse de la société » comme le dit Berthoud (2017), vise à étudier comment se construit l’identité sportive du Cameroun à travers les discours développés sur les réseaux sociaux. Nous interrogerons les structures argumentatives et pragmatiques qui sous-tendent les productions verbales des supporters. Le corpus est constitué d’interventions vidéos d’acteurs camerounais. L’analyse des données sera essentiellement basée sur les données fournies par la blogueuse Manouchka237 diffusés sur Facebook. Les discours retenus sont ceux émis pendant le déroulement de la CAN Cameroun 2021, le match contre l’Algérie comptant pour la phase éliminatoire de la Coupe du monde Qatar 2022 et les matchs de la phase finale de cette même compétition.

Ce travail s’inscrivant à l’ère du numérique, prend son empreint dans les travaux de Marie-Anne Paveau qui repense les modèles classiques de l’analyse du discours en cela que le numérique provoque une transformation environnementale et qu’ « une telle mutation […] remet en question les modèles conceptuels qui servent à les formaliser ». (Merzeau, 2009 : 23). L’analyse du discours numérique telle que présentée ici constitue tout d’abord une analyse qualitative des discours natifs d’internet ou encore appelé discours numérique natif, défini comme l’« ensemble des productions verbales élaborées en ligne, quels que soient les appareils, les interfaces, les plateformes ou les outils d’écritures » (p.8). On se concentrera sur les discours numériques natifs du web 2.0. Il sera donc question essentiellement des discours produits sur Facebook. Les données recueillies et transcrites seront soumises à l’analyse rhétorique de l’éthos et de la pragmatique. Plus spécifiquement, cette étude se situe entre la sociologie du sport et l’analyse du discours à travers ses approches rhétorique, argumentative et pragmatique. Le choix d’une approche constitué des théories de l’argumentation et de la rhétorique n’est pas anodin, dans la mesure qu’il est à même de ressortir tous les faits de langue dans leur totalité. Rien de plus précis en analyse du discours ne peut s’effectuer sans une prise en compte des théories de l’argumentation. C’est ainsi que dans notre travail, nous reviendrons amplement sur les notions des savoirs d’expérience et de révélation en référence aux travaux de Charaudeau.

  1. Sport et diplomatie

La diplomatie, notent Balzacq et al. (2018 :07), « est à la fois une activité particulière, un secteur d’intervention de l’État et une sous-spécialisation de la science politique ». Entendue ainsi, il s’agit d’un exercice réservé aux spécialistes. Cependant, ces mêmes auteurs reconnaissent que le concept de diplomatie peut avoir une identité moins conventionnelle, ne nécessitant pas une accréditation officielle. Ils parlent de « nouvelles diplomaties ». Celles-ci peuvent être portées sur le plan humanitaire, culturel, sportif… Ce n’est donc plus seulement l’affaire des diplomates de métier : le sport constitue donc un « softpower ».En d’autres termes, même s’il ne se révèle pas comme un moyen d’action directe comme la puissance militaire, il est indéniable que le sport globalement offre une formidable tribune où peuvent être drainés et transposés des discours rapportant des dissensus historiques, des avis politiques, des oppositions idéologiques… Le football se constitue ainsi en un formidable outil d’influence, et souvent de contrôle des masses. Le 8 août 2017, le boxeur palestinien Sultan Abu Al-Haj déclare forfait car refusant de se battre contre son adversaire israélien Amit Madah aux championnats du monde junior de Muay Thai. À la Coupe du monde 2022, une attention particulière fut portée sur la rencontre entre l’Iran et les États-Unis, non pas parce qu’il s’agissait de grandes nations de foot, mais à cause de la rivalité politique et militaire existant entre les deux pays. Il est, par ailleurs, devenu courant de voir les joueurs et supporters algériens brandir des drapeaux palestiniens ou adresser des dédicaces de leurs victoires au peuple palestinien. Interviewé sur la chaîne française RMC Sport, Elhadj Diouf fait ce commentaire du match France-Sénégal au mondial Corée-Japon 2002 : « En France, on se rappelle surtout de moi avec la Coupe du monde 2002 parce qu’on avait fait un match exceptionnel contre la France, équipe championne du monde, championne d’Europe. La France qui nous avait colonisés et on se doit de prendre notre vraie indépendance. (Rires) On se devait de prendre notre réelle indépendance ». Le supportérisme semble donc aussi être orienté par le passif et révèle bien la pertinence de cette affirmation de Balzacq et al. (2018:) « La diplomatie s’inscrit dans un domaine pratique distinct : celui de la guerre, de la paix et des alliances. En d’autres termes, celui de la politique. »

  • Le football : sport-roi au Cameroun

Au Cameroun, divers sports sont pratiqués. Leur pratique est grandement encouragée par l’État quoique, à l’observation, les moyens consentis par l’État laisse entrevoir un déséquilibre qui traduit le fait que le gouvernement semble porter un plus grand intérêt au football. Cela répond d’un certain calcul politique et d’une certaine ambition économique. On aboutit à l’institutionnalisation du football comme marque de l’identité du Cameroun.

  • Symbole d’unité nationale

Très tôt, après les indépendances, le football a été imprégné d’enjeux politiques, notamment celui de la construction de l’unité du jeune État-nation. Après les luttes internes traduites par les guerres bamilékés et la lutte contre les combattants de l’UPC (Union des Populations du Cameroun), de fortes dissensions s’installèrent dans les populations. Rappelant la loi d’absorption des mouvements associatifs identitaires par l’article 4 de la loi n◦67/LF/19 du 12juin 1967 portant sur la liberté d’association, Nassir (2016 :02) résume :

De façon récurrente, pour des besoins de propagande politique ou par allusion populaire, on affirme que ce sport reflète à lui seul l’unité nationale de ce pays. (…) On semble dès lors s’accorder sur le principe qui veut que la construction de l’État-nation exige de bâtir l’unité nationale. Cette dernière s’entend comme l’agrégation de toutes les disparités particulières en une conscience collective. Ce projet politique passe aussi par le contrôle de presque tous les domaines de la vie du jeune État qu’est le Cameroun comme les associations identitaires, syndicales, juvéniles et féminines. Cette volonté s’est aussi focalisée sur le champ sportif et plus particulièrement le football. En effet, l’équipe nationale de football est prise comme le reflet de l’unité nationale.

L’institutionnalisation du football a fait de l’équipe nationale une marque d’identité du Cameroun, un lieu de recoupement de toutes les diversités et le ferment du vivre-ensemble dans un pays faisant montre d’une évidente hétéroclicité ethnolinguistique (Voir Semengue et Sadembouo, 1999 ; Biloa, 2003).  Cette perception peut se lire à des niveaux divers. En 1972, année de l’unification, le Cameroun est l’hôte de la 8ème Coupe d’Afrique des Nations. Le pays est éliminé en demi-finale face au Congo-Brazzaville. Anafak (2016 :141) livre ce rapport :

Le président Ahidjo ordonne la dissolution de l’équipe et l’emprisonnement de certains dirigeants de l’époque. L’équipe s’appellera désormais les « Lions indomptables du Cameroun ». Les circonstances de la création de cette équipe, dans un contexte de parti unique et de système politique liberticide, ont entretenu un mythe sur l’équipe nationale, alors perçue dans l’imagerie populaire, depuis ce drame, comme « un bijou » à propos duquel aucune plaisanterie n’est tolérable. Entre peur et fierté nationale, les Camerounais ont appris, sous la dictature du président Ahidjo, au prisme des compétitions internationales, que le soutien aux « Lions indomptables » est un devoir et pas simplement une fierté.

Le Président Paul Biya, à plusieurs reprises, utilisa à des fins de communication politiques les succès des Lions Indomptables à des compétitions majeures pour (se) réconcilier (avec) les Camerounais dans des circonstances de crises. D’ailleurs, pendant la CAN, Paul Biya s’associera à la liesse populaire en reprenant une formule alors populaire en 2017 : « On les a mis dans la sauce ».

L’instrumentalisation de la « religion du football » est telle que même l’opposition surfe sur le thème de l’unité autour de ce sport. Kamto, premier opposant actuel au Cameroun, en a fait l’arrière-fond de sa campagne pendant les élections présidentielles de 2018. Les faits les plus marquants furent le port du maillot de l’équipe nationale et l’usage métaphorique de cette phrase comme une boutade à son adversaire : « J’ai reçu pour mission de tirer le pénalty. Je l’ai tiré le pénalty. Le but a été marqué. »

  • Sport, voie de réussite sociale

Dans les années 80, les populations vivent un malaise économique marqué par l’augmentation du coût de vie. Les conséquences s’expérimentent dans tous les domaines de la vie du pays, et les jeunes diplômés subissent avec le plus d’acuité les effets de ce marasme. Le football apparaît, dans un tel contexte, comme une alternative au modèle de réussite classique. Un choix explicite est généralement opéré en opposant l’école au football, ce qui pourrait probablement expliquer le faible niveau d’instruction de la plupart des sportifs camerounais. S’inscrivant dans la suite de Takou (2006), Bertelout (2017 :156) soutient :

Plus riches, et de ce fait aussi plus écoutés, ils remplacent ainsi progressivement les élites politiques dans l’imaginaire de réussite des jeunes Camerounais. En plus des gains financiers espérés, s’engager dans une carrière de footballeur est aussi une manière d’être en phase avec son époque, tout en s’opposant à un parcours scolaire classique qui ne donne aucune garantie de succès (…).

L’appât d’un mieux-être avec en corollaire la célébrité est l’une des grandes causes qui poussent les jeunes à s’aventurer, par terre ou mer au péril de leur vie, dans les pays lointains pour tenter leur chance dans ce sport.

  1. Un discours des images fortement imprégnées des symbolismes religieux et militaires

Le sport permet, selon certains auteurs, l’euphémisation de la violence physique (Elias et Dunning, 1994). Cet esprit sportif se décline sous la forme de la combativité et du respect de l’adversaire et des règles du jeu : c’est le fair-play. Il est indéniable qu’en marge de l’image déduite du nom de l’équipe nationale du Cameroun – fighting spirit, grande résilience ou hemlè dans le jargon camerounais -, il se développe un discours des supporters attaché aux rapports que les Lions Indomptables ont avec leurs adversaires. Il s’y dégage des figures religieuses et militaires définitoires de l’identité de cette équipe nationale de football. Ces différents éthè discursifs se lisent aisément dans les extraits ci-après :

(1) Chers compatriotes, peuple de Moïse, bonjour ! (Manouchka237, Cameroun Vs Burkina Faso, CAN 2021)

(2) Peuple ivoirien, peuple de Judas, bonsoir ! C’est bon, les gars. A force de trop serrer vos fesses, vous risquez d’avoir les maladies neuromusculaires. (…) Ici on parle victoire. Si tu n’as pas 5, 6, 7 étoiles, chut ! Quant à ceux qui avaient les revendications, Francis Ngannou était au stade. J’espère que vos envoyés spéciaux ont noté toutes vos revendications parce que si on entend encore un regimbement, donc si vous tentez encore de murmurer un peu…Nous ne sommes pas des lions, nous sommes des Lions. (Manouchka237, Cameroun Vs Gambie, CAN 2021)

(3) Chers compatriotes, peuple de Moïse, bonjour. Les lions spectateurs et les autres animaux de la forêt, approchez ! cahier sur la table et stylo en main, on va commencer la leçon. (…) Leçon n° 1 : le jambo n’aime pas la panique. De prime abord, on a voulu tester le niveau de notre équipe B. 30 mins avant la fin du match, j’ai vu un tas de médias étaler leur médiocrité à la place publique ainsi qu’un troupeau de moutons jubiler en oubliant qu’ils avaient affaire à un pays de la non-camaraderie. (…) Je ne sais pas en quelle langue on doit vous dire que la course de l’enfant c’est le matin. Je ne sais si on doit vous dire… chalabala hala kata tata ! un temps deux mouvements trois buts !( Manouchka237,  Cameroun Vs Burkina Faso )

Les passages en gras contenus dans les illustrations en (1-3) révèlent qu’elles sont fortement imprégnées de connotations religieuses. Les évocations de références bibliques s’inscrivent dans le cadre d’une identification de soi ou de l’autre camp, adversaire sur le terrain ou supporters de l’équipe adverse. Il s’agit d’apostrophes ou désignations nominales portant une certaine caractérisation de l’entité à laquelle elles se rapportent. L’influenceuse Manouchka237, dont les vidéos sont généralement orientées vers le public camerounais, désigne ce dernier sous l’expression « peuple de Moise ». L’analogie qu’elle établit entre ses « chers compatriotes » camerounais et le « peuple de Moise » ne peut être appréhendée que par l’invocation du parcours des Juifs de l’Égypte à la Terre Promise. Le livre de l’Exode dans la Bible nous renseigne que, déportés en esclavage en Égypte, les Israélites conduits par Moise réussirent à quitter l’Égypte malgré les nombreuses difficultés qui s’opposaient à leur entreprise. Ces épreuves subies montrent la résilience et la grande foi du peuple israélite, mais surtout déterminent la particularité de ce peuple ayant subi toutes les oppositions. L’usage périphrastique de « Peuple de Moise » s’entend aussi comme l’attribution au Cameroun du statut d’Élu de Dieu, de peuple béni, voué à gagner. C’est dans ce sens que la foi en la victoire s’exprime avec assurance : « Ici on parle victoire. Si tu n’as pas 5, 6, 7 étoiles, chut ! »

Cette conviction d’une puissante main sur la victoire des lions face aux adversaires est telle que, pour Manouchka237, ne pas y croire relèverait d’un esprit soumis à la possession démoniaque et nécessitant une séance d’exorcisme, ce qu’elle traduit en (3) illustrant un cas de glossolalie : « Je ne sais si on doit vous dire… chalabala hala kata tata ! Un temps deux mouvements trois buts ! ». La glossolalie ou le « parler en langues » renvoie à une prière exécutée à haute voix dans une langue incompréhensible des humains et qui serait la langue des anges. Ce « pouvoir » de délivrance rappelle la scène de la Pentecôte où Jésus, ressuscité, conféra à ses apôtres le pouvoir de guérison et de délivrance par le Saint-Esprit.

Une autre image revendiquée et attachée à l’équipe nationale est celle d’une figure de force qui s’assimilerait aisément à une puissance militaire qui imposerait son diktat ou son empire aux adversaires. Cette projection des supporters qui souhaitent ainsi montrer l’hégémonie du Cameroun sur le plan continental procède également de la volonté d’incarner la loi du plus fort. Une forte récurrence d’items se rapportant au lexique du combat est ancrée dans le discours avant ou après les confrontations. Soient les extraits ci-après :

(4)On va les taper, on va les fracasser (force brute rapport de force comme symbole de force) (…) Le Brésil on va vous casser les os. La Serbie, vous allez entrer dans la sauce. La Suisse, (…) on va vous tabasser, vous allez comprendre qu’on n’a pas le même niveau. (Manouchka237, avant le premier match du Cameroun en coupe du monde 2022)

(5) … On a joué avec 11 défenseurs et un handballeur au goal sans parler de leur technique de python visant à étouffer notre Chris Brown. (…) Si les gars tentaient de jouer au foot, le vrai foot, ça devait être un massacre (Manouchka237, Cameroun Vs Gambie, CAN 2021)

Le philosophe Frère (2009 : 92) reconnaît que les nations s’identifient à un tempérament. Aussi, peut-on souvent dire d’un pays qu’il a des mœurs se rapportant à un trait comportemental particulier. Il fait cette déclaration. Ainsi, l’identité « (…) va correspondre en nombre aux trois grands tempéraments dont nous avons vu qu’ils permettent de distinguer les grands pays : nations de l’avidité, peuples combatifs, peuples modérés et désireux d’apprendre. ». Cela renvoie globalement à l’ethos de puissance, matérialisé par la détermination physique de notre équipe à vaincre quel qu’en soit l’adversaire.

Sur le caractère combattif, Frère (idem : 94) précise : « L’ardeur lutte là où la raison dit non. Cette ardeur combative a souvent été traduite par le terme de « colère », mais, plutôt que colère, ce pouvoir de l’âme se présente comme pouvoir de résistance à l’égard d’un désir jugé mal venu. »

La construction de la figure de leader ou de charisme rapproche fortement le discours des influenceurs à ceux des hommes politiques. Car, la scénographie choisie, notamment en établissant un rapport d’analogie entre la compétition mondiale de football et un champ de bataille, se constitue en élément primordial dans la construction des représentations imprégnées de passion. Ce rapport entre les émotions et les représentations sociodiscursives est tel que Donot et Emediato (2015) posent clairement que l’éthos se défie de la rationalité (logos) et ne répond que de la suggestion des passions primitives. Cela peut expliquer qu’une structure de domination quasi- militaire soit posée par ces supporters camerounais en (4) et (5). Dans ces données, une hiérarchisation entre le Cameroun et ses adversaires est donnée de sorte à montrer une nette supériorité du pays des Lions Indomptables tout en lui attribuant des traits messianiques/herculéens. Ce point de vue est lisible à travers les contenus propositionnels « les taper, les fracasser, vous casser les os, vous tabasser, ça devait être un massacre… ». Dans ces indices, l’intention illocutionnaire du discours n’est pas apparente, toute chose qui place ces discours hors du cadre d’une énonciation littérale (Searle, 1979). Kerbrat-Orecchioni (1994) parle de trope. Dans son étude de la taxinomie des tropes, cette linguiste identifie le « trope illocutoire ». Selon les explications qu’elle fournit, cette notion de la pragmatique présuppose un sens différent de celui que convoie la langue dans une séquence linéaire. C’est un acte indirect. La définition proposée par Pagé (1986 :71), que reprend Kerbrat-Orecchioni, affirme l’intention du locuteur de charger ses dires de connotations différentes de celle qui est clairement posée. Un acte indirect est donc un « acte illocutoire posé par un  énoncé  dont la  signification  locutoire  sert habituellement,  en  vertu  de conventions pragmatiques,  à  poser  un  autre acte. » Ces significations métaphoriques qui traduisent les véritables visées de la communication peuvent se lire en (5). Dans l’expression « On a joué avec 11 défenseurs et un handballeur au goal sans parler de leur technique de python visant à étouffer notre Chris Brown. », nous identifions un trope se rapportant à la métaphore, notamment pour exprimer l’adversité teigneuse à laquelle faisait face l’équipe du Cameroun mais surtout pour révéler sa pugnacité, sa capacité à se sortir des situations inextricables.

  • Autorité et leadership

Le cadre de la compétition ardue entre le Cameroun et nombre d’autres nations établit un phénomène belliqueux presque aussi à un acte de guerre. En fait, les rapports entre ces nations concurrentes au Cameroun se définissent à travers les mêmes termes adossés à la force, à la puissance, au pouvoir. Aron (2004 : 123) propose cette définition : « La puissance d’un individu est la capacité de faire, mais avant tout, celle d’influer sur la conduite ou les sentiments des autres individus. » Ainsi, en identifiant, en plus de la force militaire et économique, la force morale, Aron offre l’opportunité d’une comparaison avec la force mentale des compétiteurs camerounais. Les supporters ont, de ce fait, construit un ascendant sur les équipes concurrentes en se fondant sur le prestige dû au nombre de trophées gagnés et de ses prestigieux joueurs, anciens ou présents. Le Cameroun est le deuxième pays ayant le plus de trophées en CAN et le pays ayant gagné le plus de trophées toutes compétitions comprises. Considérons les passages ci-dessous :

(6) Les cafards se lèvent, les grenouilles se lèvent pour parler du pays de Samuel Éto’o, le pays de Roger Milla. Vous êtes malades ? Les cinq étoiles sur notre maillot, on a besoin de tricherie pour avoir ça ? (…) Tout le monde se lève, il vocifère, il vocifère : « Samuel Éto’o, Samuel Éto’o… ». Déjà, pour nous c’est Samuel Éto’o. Pour vous, c’est « Son Excellence ». (…) Peu importe ce que vous allez faire, actuellement le Cameroun, il n’y a pas notre deux en Afrique. Si ça vous énerve, les revendications se font auprès de Francis Ngannou, deux fois champion du monde des poids lourds. (…) Cinq fois champion d’Afrique, vous êtes malades ? Il n’y a que l’Égypte qui est éligible pour nous parler. (…) J’ai même vu des danseurs de rumba donner leur avis. Quand on parle de football, vous passez comme un taxi plein, allez danser la rumba. (Manouchka237, Cameroun Vs les Comores, CAN 2021).

(7) Étant pays organisateur de la CAN 2021, nous avons essuyé de part et d’autre des injures parmi lesquelles la tricherie et le favoritisme. C’est ça là même que nous n’avons pas digéré. Donc, toute notre vie sera de vous prouver qu’à nous seuls, nous sommes un continent avant d’être un pays de la non-camaraderie. (…) Toujours dans l’optique de regagner notre dignité, nous avons pris un risque énorme : il fallait qu’on les laisse gagner sur nos terres pour leur prouver qu’à domicile comme à l’étranger nous sommes les rois de la forêt. Nous avons encaissé un but brisant ainsi la théorie de l’invincibilité à Japoma. Mais, comme on dit chez nous, la course de l’enfant c’est le matin. (…) Il fallait qu’on s’humilie au match-aller pour écrire l’histoire au match-retour car, oui, nous, on ne joue pas avec les pieds mais avec nos cerveaux.  (…) Allez demander au Nigeria ou encore au Mali, on n’a pas peur des hostilités, on s’en fout de l’hospitalité : on vient chez vous, on vous fouette et on s’en va.(…) Nous, on ne joue pas pour jouer, on joue pour écrire l’histoire. (…) nous ne sommes pas des lions, nous sommes des Lions IN-DOMP-TABLES et même avec la force, vous allez nous respecter. Même zoologiquement parlant, le lion dépasse le fennec. (…) Aboubakar Vincent boîtait, notre Chris Brown était blessé. Mais à la 102ème minute, le gars s’est dit : « Coach, laisse-moi entrer, je peux changer quelque chose, mon équipe a besoin de moi ! » … Thefighting spirit ! […] en fait, très chers autres animaux de la forêt, vous ne pouvez pas comprendre ce qu’un lion ressent à chaque fois qu’il match. […] quant à ceux qui nous attendent en 2023, we save the date ! (Manouchka237, Cameroun Vs Algérie, éliminatoires mondial 2022)

(8) Nous ne sommes pas des lions, nous sommes des lions indomptables. A ceux qui nous attendaient au tournant, on ne va jamais tourner. Nous sommes vos papas, prenez cahier, prenez notes, on va refaire votre éducation footballistique. (Manouchka237, Cameroun Vs Gambie, CAN 2021)

Dans ces différentes interventions, il se dégage une dialectique fondée sur une hiérarchisation voulue entre l’équipe camerounaise et les autres équipes africaines. Tout d’abord, en (6), l’invocation de Roger Milla et Samuel Éto’o, se constitue en argument d’autorité tant on sait la place importante qu’ils occupent dans le panthéon du football africain. La question rhétorique « Vous êtes malades ? » consécutive aux périphrases « le pays de Samuel Éto’o, le pays de Roger Milla » contribue fortement à définir, par métonymie à l’aura de ces anciens internationaux, la grandeur des Lions Indomptables. L’usage du symbolisme animalier à travers les indices « cafards, grenouilles » pour désigner les supporters adverses corrobore cette même perspective d’interprétation d’autant plus que les désignations de la plupart des équipes se fondent sur une métaphore animalière. Les attributs des cafards et des grenouilles, dans ce contexte, sont gravement dévalorisants : de la nocuité et la petitesse pour les cafards et de la hideur pour les grenouilles. En outre, une stratégie de distanciation et de différenciation nette s’établit pour mieux asseoir la supériorité du lion, symbole de l’équipe camerounaise en marquant l’altérité de manière oppositive : « Nous, on ne joue pas pour jouer, on joue pour écrire l’histoire. (…) nous ne sommes pas des lions, nous sommes des Lions IN-DOMP-TABLES et même avec la force, vous allez nous respecter. (…) très chers AUTRES animaux de la forêt, vous ne pouvez pas comprendre ce qu’un lion ressent à chaque fois qu’il a match. »

La minimalisation de l’importance des équipes adverses est telle qu’en (8), dans le passage en gras, on aboutit à une infantilisation, un établissement des rapports parent-enfant, maître-élève où le Cameroun joue le rôle dominant de parent et de maître. « La course de l’enfant c’est le matin » en (7) renforce cette idée. Il y a purement et simplement une exclusion de certains pays du débat quand ils sont jugés inaptes à la moindre considération sur le plan footballistique. C’est notamment le cas des Congolais désignés par « danseurs de rumba » rappelés au silence à travers cet élément de phraséologie : « vous passez comme un taxi plein, allez danser la rumba ». Les supporters inscrivent ces rapports de domination/d’opposition sur une volonté d’hégémonie sempiternelle : « Toute notre vie sera de vous prouver qu’à nous seuls, nous sommes un continent avant d’être un pays de la non-camaraderie ». Les termes utilisés se posent à la fois comme une prophétie et comme une déclaration péremptoire de l’autorité par la succession de deux temps de l’indicatif. Le présent est utilisé pour dire ce qui est donné comme une vérité incontestable et pérenne : la grandeur et l’unicité du Cameroun face aux autres équipes.

  • Les attaques verbales basées sur une mise en place progressive des discours sur les savoirs d’expérience et de révélation

Le savoir d’expérience construit des explications sur le monde qui valent pour la connaissance du monde, mais sans aucune garantie de probation : pas de procédures particulières, pas d’instrumentation. En revanche, tout individu peut se prévaloir d’un savoir d’expérience dès qu’il l’a éprouvé et qu’il peut supposer que tout autre individu dans la même situation éprouvera la même chose (Charaudeau, 2007). Ces savoirs nécessitent de l’orateur une expérience vécue et qui lui permet de prendre conscience face à l’expérience vécue. Manouchka237, comme tous autres Camerounais, ne peut douter de toutes les émotions par lesquelles sont passés l’ensemble de la population en supportant leur équipe nationale. Face à ce savoir d’expérience, il y a lieu de prévenir les autres nations par ces formules qui s’apparentent à des attaques verbales :

(9) Quant à ceux qui nous attendent en 2023, we save the date. […] un coucou aux danseurs de rumba… (rires) allez danser la rumba. (Manouchka237, Cameroun Vs Algérie, éliminatoires mondial 2022)

(10) Chers Ivoiriens, peuple de Judas, bonsoir. (Manouchka237, Cameroun Vs Gambie, CAN 2021)

(11) Les lions spectateurs et les autres animaux de la forêt : fennecs, éléphants, léopards, zombies…approchez ! (Manouchka237 Cameroun Vs Algérie, éliminatoires de la Coupe du monde 2022)

Au-delà de ces savoirs d’expérience, l’on assiste aussi à une mise en place progressive d’un savoir de révélation qui suppose qu’il existe un savoir extérieur au sujet. Il ne doit pas être prouvé ni vérifié. Il refuse la critique et, face à celle-ci, ne peut réagir que par anathèmes, excommunications ou autres formes d’exclusion. C’est le cas spécifiquement de la phrase (10) à ces débuts qui tend à prendre pour universel, les ivoiriens comme peuple marqué par le sceau de la duplicité si l’on s’en tient à l’histoire de Judas telle qu’évoquée dans la Bible et par analogie au manque de reconnaissance et de soutien des supporters ivoiriens nonobstant la forte mobilisation des Camerounais en faveur de leur équipe. Il s’agirait dans ce cas d’une vérité transcendantale malgré l’absence d’un texte pouvant corroborer les propos de l’orateur. L’on constate dans ce cas particulièrement la construction d’une image négative d’un groupe par un processus d’axiologisation « qui consiste à valoriser soi-même et à dévaloriser l’autre » (Bres, 1993 : 152) et à accentuer les différences perçues avec les autres groupes (eux) tout en les minimisant chez la communauté d’appartenance (nous) (Seca, 2003 : 331).

Conclusion

Ce travail sur les discours des influenceurs sur les réseaux sociaux vient montrer un autre pan de diplomatie non conventionnelle ou ediplomaticy qui redistribue de façon assez efficace les rapports entre les pays. Le Cameroun, pays des Lions Indomptables, arbore toutes sortes d’images : peuple de Moise, pays de paix et bien d’autres. Cette étude à la croisée de l’analyse du discours, de la sociologie et des sciences politiques, a montré indéniablement la place qu’occupe non seulement le Cameroun sur le plan du football, mais aussi et surtout l’identitéa même de l’Homme Camerounais. Il y a lieu de dire que les réseaux sociaux constituent un véritable moyen pour un pays de s’affirmer ou de travailler son image. Il va sans dire que l’analyse du discours numérique devient un puissant baromètre d’évaluation des rapports diplomatiques entre des pays, d’évaluation de la société à une période donnée. Cette étude révèle dans ce cas, un double intérêt tant social que politique.

 

Références

Anafak LemofakJ. A. (2014) « L’équipe nationale de football du Cameroun (Les Lions Indomptables) en compétition internationale : entre passions et récupération ? » in De Waele,J. M. et Louault F., Soutenir l’équipe nationale de football. Enjeux politiques et identitaires, Éditions de l’Université de Bruxelles, bruxelles, pp. 141-154.

Aron, R. (2004) Paix et guerres entre les nations, Calmann-Lévy.

Balzacq, T., Charillon, F. et Ramel, F. (2018), Manuel de diplomatie,Presses des Sciences Po, Paris.

Bekombo Jabea, C. (2016) « Politique juridique et diplomatie sportive du Cameroun de 1960 à nos jours : enjeux et mutations à l’ère de la mondialisation », SHS Web of Conferences 32, 01003.

Berthoud, J. (2017) Devenir, être et avoir été un footballeur camerounais, thèse de doctorat, Université de Lausanne.

Belayachi, N. (1990) Style et identité du football africain. Conceptions de jeu, style de jeu, méthode, L’Harmattan, Paris.

Biloa, E. (2003) La langue française au Cameroun, analyse linguistique et didactique. Peterlang, New-York.

Bourg, J. F. (1995) « Le sport dans l’ex URSS : des ruptures aux incertitudes », Revue juridique et économique du sport n° 36.

Bres, J. (1993) « Les jeux des ethno-sociotypes », dans Christian PLANTIN (dir), lieux communs, topoi stéréotypes, clichés, Kimé,Paris, pp. 152-161.

Charaudeau, P.« Les stéréotypes, c’est bien. Les imaginaires, c’est mieux », in Boyer H. (dir.), Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, L’Harmattan, 2007, consulté le 15 août 2017 sur le site de Patrick Charaudeau – Livres, articles, publications.

Deville- Danthu, B. (1995) Éducation physique, sport, colonisation et décolonisation dans les anciens territoires français d’Afrique occidentale : 1920-1965, Thèse de doctorat, Aix-Marseille 1.

Donot, M. et Emediato, W. (2015) « La construction de la figure des leaders », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 7.

Elias, N. et Dunning, E. (1994) Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Fayard, Paris.

Fates,Y. (2007) Sport et politique en Algérie, L’Harmattan, Paris.

Fatou Sarr Ndiaye Ba (1990) Sport et Diplomatie. Le cas du football en Afrique 1960–1990, thèse de doctorat, Université de Yaoundé.

Frère, J. (2009) Philosophie des émotions, Eyrolles.

Gounelle, M. (1987) « Sport et relations internationales », Revue juridique et économique du sport, n° 3, pp. 163-167.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1994) « Rhétorique et pragmatique : les figures revisitées », Langue française, 101, pp.57-71.

Marie-Anne PAVEAU, L’analyse du discours numérique, Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann

Nassir, A. (2016) « Football et unité nationale : entre construction politique et signification sociale », SHS Web Conferences 32, 04003.

Pagé, M. (1986), « La continuité de l’interaction dans une conversation », Cahiers du Département de Psychologie 5, Université de Montréal, pp. 57-116.

Seca, J.-M. (2003) « Stéréotypes », dans Gilles FERREOL et Guy JUCQUOIS (dir) dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Armand Colin, Paris, pp.330-332.

Semengue Boum-Ndongo, M.A et Sadembouo, E. (1999) « L’Atlas linguistique du Cameroun : les langues nationales et leur gestion » in Gervais MendoZe (éd.) Le français langue africaine : enjeux et atouts pour la Francophonie, Plurisud, Paris, pp. 67-79. ;

Takou, T. (2006), « La figure du footballeur camerounais. Société, dissidence, pouvoir et argent dans les villes camerounaises. Les imaginaires populaires urbains et l’entrée en scène de nouvelles élites : les footballeurs camerounais » in Noutcha, R. (éd.) Le Sport au pluriel. Approches sociologique et politique des pratiques, Strasbourg, université Marc Bloch, pp. 261-286.



Citer ce billet
Christophe DJIMI & Jean De Dieu OLOWA (2024, 17 avril). La construction d’un discours pragmatique dans le supportérisme sur les réseaux sociaux : le cas du « continent camerounais ». Discours, Langue et Société. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8bm

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search