Elan linguistique dans un esprit de concorde : contexte marocain

Introduction  Fichier pdf telecharger - Icônes Fichiers et dossiers 

La situation linguistique au Maroc a connu plusieurs fluctuations qui remontent à la présence française au pays. En effet, depuis 1912, le français s’est imposé dans les institutions marocaines. Il a par conséquent perturbé par degrés l’immuabilité dont a joui, de longue date, la langue arabe. C’est pour cette raison que, après l’indépendance, nombreuses étaient les voix qui revendiquaient une nouvelle politique linguistique qui restitue à l’arabe son ampleur.

Or, il ne faut pas nier de l’autre côté que le français a été également touché par toutes ces oscillations sociolinguistiques. Le contact direct avec les Maghrébins dans la période coloniale lui a permis de s’enrichir à travers divers mots arabes ou dialectaux qu’y ont été imprégnés. Son arabisation a contribué donc à son enrichissement comme il a contribué, à son tour, à la promotion de la langue arabe en France. La littérature marocaine francophone s’avère être l’exemple adéquat pour détailler davantage notre propos. Elle incarne un double rôle celui, d’une part, de promouvoir l’arabe et de l’autre d’enrichir la langue française à travers un nouveau lexique maghrébin qui a pris sa place dans les dictionnaires et le langage usuel des Français, citons à titre d’exemple le mot « le seum » qui signifie « poison », ou encore « chouia » signifiant « un petit peu ».

L’objectif de cet article est de montrer comment et dans quelle mesure le rapport entre le français et l’arabe s’est transformé d’une « guerre des langues »[1] en une mise en valeur et un enrichissement mutuel. Pour cela, nous allons alterner entre les méthodes qualitatives et quantitatives. Concernant la première, il serait question de présenter un aperçu historique des deux langues, depuis la colonisation jusqu’à nos jours, ainsi que le débat qu’elles ont occasionné dans la scène marocaine après l’indépendance. Dans la seconde, nous allons tenter de collecter et d’analyser quelques exemples tirés de la littérature marocaine francophone afin de bien déchiffrer la symbiose qui commence à régner entre les deux langues.

Du français langue étrangère vers le « francarabe »[2]

Plusieurs sont les langues parlées au Maroc, celles-ci diffèrent d’une région à une autre comme la langue amazighe et ses variétés ou encore la langue arabe dialectale et standard. Or, la colonisation est venue pour minoriser toutes ces langues, elle a par conséquent orienté le débat linguistique vers le rapport qu’entretiennent le français et l’arabe standard. La langue française s’est imposée alors tant au niveau officiel dans les institutions et les administrations marocaines, qu’au niveau sociétale. C’est la cause pour laquelle Fouzia Benzakour[3] distingue entre deux modèles d’acquisition qui commencent à s’établir dans la période coloniale ; le premier est formel à travers l’enseignement/apprentissage du français dans les écoles et le second se veut informel à travers le contact quotidien entre les colonisateurs et les autochtones.

L’instauration du français comme première langue au Maroc a impacté la présence de l’arabe au pays. Les deux langues commencent donc à entretenir un rapport de « glottophagie » que Louis-Jean Calvet définit :

«Comme la tendance des langues dominantes à dévorer les langues dominées, tendance qui débouche inéluctablement sur la disparition de la variété linguistique infériorisée »[4]  

Ce phénomène peut avoir comme conséquence le déclenchement d’une  « guerre linguistique» dans laquelle chacune des deux langues tend à triompher. Le débat a été donc divisé entre ceux qui défendent la langue arabe en faisant référence à sa sacralité, et ceux qui préfèrent maintenir la langue française comme étant un facteur de modernisation. Mais le français « dominant » a réussi, au fur et à mesure, à fléchir le statut sacré de la langue arabe, qui est devenue par la suite « dominée ».

Face aux revendications qui se sont accrus de la part des tenants de l’arabe, une politique d’arabisation a été instaurée après l’indépendance. Laquelle n’a pas réussi à faire table rase du français. Elle est parvenue, en revanche, à affecter son statut comme « langue acrolecte », c’est d’ores et déjà une « langue mésolecte » qui s’acclimate avec le cadre socioculturel et linguistique du pays[5]. Sa « reterritorialisation », comme le dit Paul Bandia, va lui attribuer un renouveau au niveau stylistique et lexical avec une contenance maghrébine :

« Cette vernacularisation se manifeste par des marques linguistiques distinctives qui servent à déterritorialiser le français pour ensuite le reterritorialiser dans son nouveau contexte postcolonial »[6] 

Dans le même ordre d’idées, Fouzia Benzakour conçoit cette situation d’un point de vue d’enrichissement. En d’autres mots, les mutations que le français a connues lui a permis de s’enrichir à travers des termes qui se sont imprégnés, empruntés aux langues dialectales marocaines. Au lieu de promouvoir une politique d’arabisation qui aurait tendance à répondre aux aspirations des revendicateurs, l’arabisation établie a, au contraire, contribué à une adaptation consistante du français dans la terre marocaine. Cependant, il ne peut guère, selon la critique, s’adapter aux codes sociaux du pays sans « s’enrichir » et « enrichir ». Il s’agit en effet de s’enrichir en accueillant dans ses dictionnaires et même dans le langage oral des Français des mots qui se réfèrent à des concepts inexistants dans la culture française, ce qui contribue à la promotion de la langue arabe en France et dans les pays francophones. Cet enrichissement bilatéral a pour effet de créer une relation interculturelle.

Aujourd’hui, les langues au Maroc se sont métissées. Cela revient aux années qui précèdent l’an 2003[7] où on remarque qu’un mélange linguistique qui commence à atteindre le parler marocain (le français et l’arabe). Ce mélange a été concurrencé, par la suite, par les langues vernaculaires. On assiste dès lors à un plurilinguisme intéressant qui contribue à l’enrichissement du paysage linguistique marocain. La Darija, langue arabe dialectale prend place également dans ces mutations, et se sert du français pour se promouvoir. Avec l’éclosion des nouvelles technologies, la langue dialectale certes orale, devient écrite grâce aux lettres latines. On la voit très souvent dans les commentaires Facebook, Youtube ou dans les sms, métissée souvent, voire même toujours au français. C’est une langue hybride qu’on nomme le « francarabe » :

« Le francarabe est né d’un désir des locuteurs à se forger une langue pratique et simple. La variété dialectale de l’arabe est une variété simple mais dénuée de termes techniques, alors que la langue française et la variété standard de l’arabe sont connues par leur complexité et par des difficultés à manier les règles de leur grammaire. C’est donc par souci de simplification que le francarbe a été mis en circulation. Il fallait contourner la complexité du français et se libérer du carcan des langues nationales très conservatrices qui étouffent toute expressivité, et ce pour répondre à un double besoin: satisfaire les exigences d’une société en mutation socioculturelle (appropriation fonctionnelle), et satisfaire les besoins langagiers de ses utilisateurs. »[8]      

Nous enregistrons, dans la conjoncture actuelle, l’émergence de l’anglais dans la scène linguistique. Il vient s’ajouter à ces langues qui se sont déjà installées au pays. Le français, toujours présent, suit la cadence accélérée des mutations linguistiques nationales et s’interpénètre avec toute nouveauté pour assurer une existence permanente même à degré marginal.

Après avoir délimité le parcours linguistique national depuis la colonisation jusqu’à la période moderne, nous allons tâcher, dans le volet suivant, à analyser le statut du français dans son état postcolonial en nous appuyant sur les études des spécialistes.     

Le français à double destination

Comme on a déjà mentionné plus haut, l’arabisation n’a pas réussi à ôter la langue française du paysage linguistique marocain. Elle a, à contrario, favoriser sa présence en lui poussant à se mettre au diapason avec les autres langues qui singularisent la culture maghrébine. Le français est devenu après l’indépendance ubiquiste ; partout où on part, il est présent dans les panneaux publicitaires, dans les grandes surfaces, dans la tété, la radio et les médias… Il s’est imposé donc malgré l’évolution linguistique que connait le Maroc contemporain. C’est pourquoi on le combine souvent avec d’autres langues qui font leur entrée au pays comme l’anglais, l’espagnol… ou aussi avec les langues dialectales qui marquent leur retour.

Dans cette phase, nous allons étudier l’impact des fluctuations politiques et sociétales marocaines sur le français dans et hors le pays. Il s’agit d’une analyse contrastive qui vise le récepteur français et national, car ils ont une perception différente du français postcolonial.     

Contrairement à ce qu’affirment ses détracteurs, la langue française a joué un rôle primordial dans la valorisation des langues dialectales écrasées par la diglossie. On assiste, loin de là, à une régénération d’un français à double réception. Il s’agit d’un français amalgamé de bon nombre d’aspects culturels maghrébins, ce qui le rend d’une part « étranger » au lecteur fançais et « indigène » de l’autre pour le lecteur maghrébin.Afin d’expliciter ces concepts, faisons appel à Antoine Berman qui distingue dans son œuvre L’épreuve de l’Etranger  entre un « français de France » et un « français étranger ». Il avance que « le texte français étranger parait « autre » que le texte français de France »[9]. Cette «étrangeté » ressentie émane de la multitude des emprunts[10] incorporés dans la langue française. Celle-ci devient, selon Rainier Grutman, une langue « hétérolingue », par laquelle il désigne :

« La présence dans un texte d’idiomes étrangers sous quelques formes que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale »[11]

L’« hétérolinguisme » cité semble constituer une source principale qui a mené vers une arabisation du français. Lequel a perdu son statut de référence pour devenir « étranger ». Il a opéré, dans le contexte marocain, ce que Chantal Zabus signifie par « l’indigénisation de la langue »[12]. C’est un français postcolonial qui a été assimilé à l’esprit « marocain ».  

La production romanesque de la littérature francophone marocaine illustre ce propos. Depuis les années cinquante, plusieurs auteurs se sont mis à publier des œuvres de langue française où ils tracent leur vécu et où ils effectuent une rétrospection vers leur enfance caractérisée par les traditions Maroco-musulmanes. Nous allons tenir à la présenter comme étant un échantillon à valeur probante compte tenu de son écriture hybride, qui se positionne à la croisée des langues parlées au Maroc.

La littérature marocaine d’écriture française   

La présence du français au Maroc a apporté un enrichissement tant au niveau linguistique qu’au niveau littéraire. Une nouvelle littérature d’origine maghrébine de langue française a vu le jour pendant la colonisation, et a continué à évoluer après l’indépendance jusqu’au moment présent. Elle incarne la promotion de la langue arabe et les langues dialectales hors le Maroc d’un côté, et de l’autre le maintien du français dans la scène littéraire dans le pays. Il s’agit comme la définit Jean Déjeux d’une littérature : « produite par des auteurs écrivant le français ou en français, mais non en tant que Français »[13]. Idem pour Berman qui part du même constat en évoquant les productions francophones :

« Nous regrouperons ces productions sous la catégorie du « français étranger ». Elles ont été écrites en français par des « étrangers », et portent la marque de cette étrangeté dans leur langue et leur thématique »[14] 

En lisant les romans marocains d’expression française, on ne peut s’empêcher de remarquer la mise en rapport de la langue d’écriture et l’identité de l’auteur. Ces dernières s’entremêlent et s’interfèrent pour créer un texte à valeur interculturelle. Dans un article publié dans la revue Souffles[15], Abdellatif Laabi énumère les phases nécessaires qui déterminent l’écriture francophone marocaine. Il s’agit certes selon luid’écrire à partir d’un « instrument linguistique qui véhicule la réalité française et occidentale », mais qui se caractérise par « un fond culturel, esthétique et idéologique national, populaire ou arabe », cela en neutralisant sur le plan terminologique les modèles culturels de la langue étrangère et en y imprégnant, en contrepartie, une autre terminologie propre à l’écrivain marocain. C’est, en d’autres termes, une créolisation du français ayant pour but son arabisation ou encore sa marocanisation.

De même, Abdelkébir Khatibi prône une théorie de la différence qui se fonde sur la mise en exergue de la plurivalence de la culture maghrébine que cela soit en linguistique ou en littérature. Il perçoit alors le bilinguisme dans le texte littéraire marocain non dans une optique de déchirement ou d’aliénation, mais en tant qu’ouverture à l’altérité qui marque l’identité nationale. Dans Amour bilingue[16], il introduit pour la première fois le néologisme de la « bi-langue » qu’il définit comme un milieu entre la langue maternelle et la langue étrangère. Marc Gontard, de son côté, affirme que la bi-langue « n’est pas le mélange entropique des deux idiomes mais une langue intervallaire où l’arabe habite le français d’une manière palimpseste »[17].  

C’est une troisième langue modelée selon les spécificités esthétiques de chaque auteur. Sachant que ce dernier ne peut se détacher complètement de ses origines, le lecteur peut aisément s’aviser que l’auteur se serve d’un lexique national pour narrer son histoire. L’imaginaire qu’il propose dans ses écrits nécessite le recours à des mots empruntés aux langues dialectales. Ces emprunts peuvent être lexicaux, sémantiques ou phonétiques, chacun à son rôle précis. Par rapport à la réception française, les premiers peuvent être la source d’une initiation aux langues dialectales ainsi qu’à la culture marocaine puisqu’ils rassemblent les diverses facette de la société au niveau culinaire (tajine, couscous…), religieux (fquih, cheikh, coran…) ou aussi au niveau vestimentaire (babouche, djellaba, caftan…).

Plusieurs sont les exemples témoignant de cette hétérogénéité linguistique. Pour corroborer ce propos, et soutenir l’hypothèse postulant l’esprit de concorde qui touche les langues au Maroc d’après l’indépendance, nous avons cherché à relever de divers romans marocains d’écriture française, ce qui marque « l’étrangeté » ou « l’indigénisation » du français, cela en détectant les éléments hétérolingues explicités supra. Le choix du corpus a été effectué de manière aléatoire, ne respectant aucune condition précise. Nous avons, cependant, opté pour des ouvrages qui s’inscrivent dans les différentes périodes de la littérature marocaine francophone (Période coloniale, postcoloniale, moderne et actuelle).

  Commençons en premier lieu par La boite à merveilles[18] d’Ahmed Sefrioui étant le précurseur de cette littérature au Maroc où on peut trouver une panoplie d’emprunts comme : « Dar chouaffa » (p.3), « Autour de moi rodaient les jnouns » (p.4), « la couleur des caftans » (p.6). Même cas pour Abdelhak Serhane concernant son roman Messaouda[19], citons : « des crêpes pour le s’hor» (p.22), « Tous les tolbas, tous les chouafas, tous les fqihs » (p.21), « les femmes avaient assez de pudeur pour me dénoncer à la taillaba » (p.42). L’ensemble de ces éléments émane des phénomènes culturels propres au Maroc que la langue française ne peut guère exprimer. Ils sont majoritairement présentés soit en italique ou entre deux guillemets. L’auteur choisi donc de marquer un clivage entre ces éléments culturels et la langue principale du roman. Remarque qu’on ne trouve pas chez les auteurs francophones modernes, comme chez El Mostafa Bouignane dans son roman L’année de Bacchus[20]. Aucune différenciation ne marque les mots dialectaux imprégnés, il s’agit, en effet de la « bi-langue » évoquée plus haut : « hassania-mou-Qtout » (p.19) ou aussi « aux alentours de minuit, après avoir trôné auprès de la mariée sur la tabriza » (P.40). Abdellah Taia dans son roman Le rouge du tarbouche[21] part plus loin. Son titre marque déjà cette réconciliation avec sa langue maternelle « tarbouche ». Outre les emprunts linguistiques qui débordent dans son roman, il utilise également dès les premières lignes des emprunts phonétiques[22] pour marquer l’oralité et montrer au lecteur étranger comment un tel ou tel mot peut se prononcer : « Je suis d’une ville connue dans l’histoire par ses corsaires. Salé ! Sala, en arabe classique. Sla en arabe dialectal marocain » (p.9).

  Le dernier exemple que nous proposons incarne un particularisme que nous essayerons de déchiffrer. C’est celui de Tahar Ben Jelloun qui dans beaucoup de cas adopte, comme l’avance Laabi en parlant de cette situation :

« Une opération inverse qui consiste à adapter la réalité Maghrébine au public étranger. Le cynisme de ces écrivains peut aller jusqu’à mettre des notes en bas de page pour faciliter la tâche à ce public : Hammam : bain maure ; derbe : ruelle ; Medina : ville arabe… »[23]

Quoiqu’en utilisant des emprunts linguistiques intéressants, l’auteur de La nuit sacrée, part souvent à les expliquer en notes infra-paginales, comme dans cet exemple tiré de La punition[24] dans lequel l’auteur explique le mot « fouissi » : « Fouissi : terme pejoratif employé à la place de « fassi » qui désigne les personnes originaires de Fès. » (p.59). Nous pouvons conclure que Tahar Ben Jelloun fait partie des écrivains qui visent le lecteur français en vue de faire promouvoir la culture marocaine et sa diversité linguistique aussi.

Les différents exemples, que nous avons présentés, exposent la symbiose que les auteurs ont imposée entre l’arabe et le français. Toute période de l’Histoire de cette littérature traduit la réconciliation graduelle entre les deux langues. Une grande dissemblance peut être, à titre d’exemple, décelée entre l’écriture de Sefrioui comme pionnier et d’El Bouignane étant un auteur moderne s’inscrivant dans la continuité. Le premier a tendance à imprégner, avec timidité, des mots arabes relatifs à la culture marocaine tandis que le second s’insinue avec audace dans l’héritage national, ne se souciant guère de la réception. Cela peut être expliqué par le débat linguistique qui a marqué chaque époque. Celle de Séfrioui a été, comme nous l’avons déjà mentionné, marquée par le refus total du français. Les auteurs de cette époque étaient, pour les opposants du français, des « traitres » qui s’adressaient au colonisateur. Celle d’El Bouignane, en revanche, souligne l’acceptation du français comme une langue dénotant l’Histoire du Maroc, et qu’on ne peut gommer, mais qui participe, à son tour, à l’enrichissement du paysage linguistique marocain. C’est dans cette optique qu’Hassan Manya affirme dans son œuvre Origines du dialecte marocain, que sur 1420 mots de l’arabe dialectal marocain, 200 mots sont d’origine française. Citons quelques exemples qu’il propose : « Guermel : Caramiliser ; Fassma : pansement ; Ferssada : Fassade ; Zoufri : célibataire, adjectif dont la racine est tirée du mot ouvrier ». Comme nous le remarquons, ces mots ont connu un changement phonétique afin de s’adapter à la langue dialectale et à l’articulation marocaine. Ces statistiques ne peuvent, enfin, qu’affirmer ce flux d’échange partagé entre les langues en question.     

  Conclusion

A l’aune de ce qui précède, nous pouvons conclure que la littérature marocaine d’écriture française, et en particulier le genre romanesque incarne la présence du français comme langue étrangère au Maroc, mais surtout son adaptation aux divers changements politiques, linguistiques ou littéraires qu’a connus le pays. Les écrivains nationaux de langue française représentent le miroir qui reflète l’itinéraire de cette langue depuis la colonisation jusqu’à pouvoir s’enraciner de nos jours. Chacun l’exploite selon son optique et ses modalités esthétiques. Citons Ben Jelloun dans une interview avec L’express :

« C’est du français qui voyage et qui se laisse séduire par d’autres rivages, d’autres rêves et d’autres exigences. C’est un imaginaire qui joue, chante, se trompe et rectifie les apparences. Notre imaginaire donne l’hospitalité à une langue qu’il traite avec générosité et plaisir et humour »[25]

Somme toute, le français a réussi à se maintenir à travers son adaptation aux diverses caractéristiques culturelles et linguistiques marocaines. Ce qui a contribué à un transfert linguistique et à un enrichissement mutuel entre les deux langues. Raison pour laquelle plusieurs mots arabes sont empruntés, à leur tour, à la langue française. Cette dernière continue, jusqu’à lors, à s’acclimater aux nouveautés linguistiques que connaît le pays. Toujours métissée aux langues dialectales nationales, elle reprend la même démarche avec, cette fois, une nouvelle langue qui fait son entrée au Maroc, à savoir la langue anglaise.   

Bibliographie 

BANDIA.Paul.(2001). Le concept Bermanien de l’« Etranger » dans le prisme de la traduction postcoloniale. TTR : Traduction, terminologie, rédaction, 14 (2), pp.123.139.

BENJELLOUN. Tahar interviewé par Le Clézio J.M.G. Eloge de la langue française dans L’express par, interview publiée le 07/10/1993

BENJELLOUN.Tahar.(2018). La punition. Edition Folio.

BENZAKOUR.Fouzia.(2001). Français de référence en usage au Maroc : une adéquation illusoire : l’exemple d’une adéquation lexicale.pp.75.87.

BENZAKOUR.Fouzia.(2007). Langue française et langues locales en terre marocaine : rapports de force et de reconstructions identitaires. Hérodote, vol 3.pp.45.56.

BERMAN.Antoine.(1984). L’épreuve de l’étranger. Gallimard.

BOUIGNANE. El Mostafa.(2021). L’année de Bacchus. Virgule Editions.

CALVET.Louis-Jean.(1987). La guerre des langues et les politiques linguistiques, Payot.

CYR.Gilles.(1973). La littérature marocaine d’expression française. Volume15.n°5(89).

Denti.Chiara.(2017). L’hétérolinguisme ou penser autrement la traduction. Meta 62(3). Pp.521.537.

GONTARD.Marc. (2007). Francophonie et globalisation : la question de l’interlecte. International journal of Francophone studies. Vol 10.N°1.2. pp.253.269.

KHATIBI.Abdelkébir.(1983). Amour bilingue. Edition Fata Morgana.

LAABI.Abdellatif.(1970). Littérature maghrébine actuelle et francophonie. Souffles.n°18.

MAAYOUF.Mohamed.(2010). Quelques données sur langues et discours identitaires dans le Maroc contemporain. Langues et littératures. (20). pp.125.143.

MAZAURIC.Cathrine . (2022). Review of Zabus Chantal, Le palimpseste africain indigénisation de la langue dans le roman ouest-africain europhone.Paris :Karthala,coll. Lettres du sud,2018,322p. Etudes littéraires francophones,(53),229-231.

SALAUN.Marie. (2010). Un colonialisme glottophage ? Histoire de l’éducation.pp.53.78.

SEFRIOUI. Ahmed. (1954). La boite à merveilles. Edition Librairie des écoles.

SERHANE. Abdelhak. (1986). Messaouda. Edition Points.

TAIA.Abdellah.(2004). Le rouge du tarbouche. Edition Points

ZIAMARI.Karima et DE RUITER, Jan Jaap.(2015). Les langues au Maroc : réalités, changements et évolutions linguistiques. Le Maroc au présent : d’une époque à l’autre, une société en mutation. Casablanca : centre Jacques-Berque.pp.441.462.


[1] Pour citer le propos de Louis-Jean Calvet dans son œuvre intitulée La guerre des langues et les politiques linguistiques.

[2] Un néologisme qui désigne l’alternance codique dans une même langue entre le français et l’arabe.

[3] BENZAKOUR.Fouzia.(2007). Langue française et langues locales en terre marocaine : rapports de force et de reconstructions identitaires. Hérodote, vol 3.pp.45.56.

[4] SALAUN.Marie. (2010). Un colonialisme glottophage ? Histoire de l’éducation.pp.53.78.

L’écrivaine donne le sens littéral du terme, « glottophagie » serait donc littéralement « mangeur de langue ».

[5] BENZAKOUR.Fouzia.(2001). Français de référence en usage au Maroc : une adéquation illusoire : l’exemple d’une adéquation lexicale.pp.75.87.

[6] BANDIA.Paul.(2001). Le concept Bermanien de l’« Etranger » dans le prisme de la traduction postcoloniale. TTR : Traduction, terminologie, rédaction, 14 (2), pp.123.139.

[7]ZIAMARI.Karima et RUITER.Jan Jaap(2015). Les langues au Maroc : réalités, changements et évolutions linguistiques. Le Maroc au présent : d’une époque à l’autre, une société en mutation. Casablanca : centre Jacques-Berque.pp.441.462.

[8] MAAYOUF.Mohamed.(2010). Quelques données sur langues et discours identitaires dans le Maroc contemporain. Langues et littératures. (20). pp.125.143.

[9] BERMAN.Antoine.(1984). L’épreuve de l’étranger. Gallimard.p.18.

[10] Christiane Loubier définit l’emprunt linguistique, dans son œuvre intitulée De l’usage de l’emprunt linguistique, en étant : « une unité ou trait linguistique d’une langue qui est empruntée intégralement ou partiellement à une autre langue ».

[11]DENTI.Chiara(2017). L’hétérolinguisme ou penser autrement la traduction. Meta 62(3). Pp.521.537.

[12] Le palimpseste africain : Indigénisation de la langue dans le roman ouest-africain europhone, travail publié en anglais par Chantal Zabus traduit par la suite vers le français.

[13] CYR.Gilles.(1973). La littérature marocaine d’expression française. Volume15.n°5(89).p.131.

[14] BERMAN.Antoine.op.cit.

[15] LAABI.Abdellatif.(1970). Littérature maghrébine actuelle et francophonie. Souffles.n°18.pp.35.38.

[16] Œuvre publiée en 1983.

[17] GONTARD.Marc. (2007). Francophonie et globalisation : la question de l’interlecte. International journal of Francophone studies. Vol 10.N°1.2. pp.253.269.

[18] Roman autobiographique publié en 1945.

[19] Roman publié en 1986.

[20] Roman publié en 2021.

[21] Roman publié en 2014.

[22] Ces emprunts phonétiques sont employés également par Tahar Ben Jelloun, mais dans l’état inverse dans son roman La punition. Il suit cette démarche pour montrer comment les Marocains articulent les mots français : « « Rassema » (Rassemblement) à quatre heures ; « Rivail » (Réveil) à trois heures. » (p.33).

[23] LAABI.Abdelatif.op.cit.

[24] Roman publié en 2018.

[25] Eloge de la langue française dans L’express par Le Clézio J.M.G, interview publiée le 07/10/1993.



Citer ce billet
Wissal SALMI (2024, 5 mars). Elan linguistique dans un esprit de concorde : contexte marocain. Discours, Langue et Société. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8bl

Wissal SALMI

Enseignante de langue française au cycle secondaire qualifiant. Et doctorante inscrite au Laboratoire Langue, littérature et traduction à la faculté poly-disciplinaire de Taza, Université des lettres et sciences humaines de Fès. Je travaille actuellement sur des articles qui concernent la traduction de la littérature marocaine d’expression française vers la langue arabe.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search