Une analyse des sens des pronoms personnels sujets du pévé  

Résumé

Cet article intitulé « Une analyse des sens des pronoms personnels sujets du pévé » présente le sens dénoté et les sens connotés des pronoms personnels sujets du pévé selon une approche analytico-descriptive. Les pronoms personnels sujets du pévé sont soit du genre féminin ou du genre masculin, soit « neutres » et expriment le singulier ou le pluriel. Ils dégagent un sens de modestie, de tutoiement, de vouvoiement ou de plaisanterie. Ils peuvent féminiser un homme ou masculiniser une femme dans des circonstances relatives à la culture. Ces contextes purement culturels révèlent l’effet de la culture pévé sur cette langue. L’énonciateur, parfois, fait fi du sens standard des pronoms pour exprimer sa culture.

Mots-clés : pévé, sens, pronoms personnels sujets.

Abstract

This article entitled “An analysis of the meanings of personal subject pronouns of the pévé” presents the denoted meaning and the connoted meanings of the personal subject pronouns of the pévé according to an analytical-descriptive approach. The subject personal pronouns of the pévé are either of the feminine gender or of the masculine gender, or “neutral” and express the singular or the plural. They exude a sense of modesty, informality, politeness or joking. They can feminize a man or masculinize a woman in circumstances relating to culture. These purely cultural contexts reveal the effect of Pévé culture on this language. The speaker ignores the standard meaning of pronouns to sometimes express his culture.

Keywords: pévé, meaning, personal pronouns, subjects.


Introduction Fichier pdf telecharger - Icônes Fichiers et dossiers  

L’expression des pensées humaines se fait dans une chaîne parlée où chaque mot constituant a une acception standard ou contextualisée. Dans la structure syntaxique sujet-verbe-objet (SVO) en pévé, le pronom personnel dans sa fonction de sujet, dégage un sens grammatical et des conceptions culturelles.

Le pévé est parlé dans la sous-préfecture de Lamé au Tchad et au Cameroun dans quelques arrondissements de Rey-Bouba (Département du Mayo-Rey) et Bibémi (Département de la Bénoué). Greenberg (1971) classe le pévé dans le phylum afro-asiatique de la famille tchadique de la branche sud et plus précisément du groupe masa. Le groupe masa comprend les langues suivantes : zumaya, musey, zimé (mesmé, ngété, héɗé, pévé.) et masa. D’après Badjam (2023 : 44), le pévé compte quatre variétés dialectales, à savoir : duwei, pévé, dari, buong.

Dans sa dichotomie : signifiant et signifié, De Saussure (1972 : 99) définit le signe linguistique comme une juxtaposition d’un signifiant à un signifié (image acoustique + concept). Le signifiant est une représentation matérielle, un agencement de phonèmes, un mot ; et le signifié désigne le sens du mot. L’étude du signifié dénotatif et/ou connotatif d’un signe linguistique relève de l’objet d’étude de la sémantique. La présente étude des signifiés connotatifs des pronoms personnels n’est pas immanentiste, car les aspects culturels sont également convoqués.

Le pronom dans sa définition basique selon Le Petit Robert (2011 : 2044), est un « mot grammatical qui sert à représenter un nom de sens précis déjà employé à un autre endroit du contexte ou qui joue le rôle d’un nom absent, généralement avec une nuance d’indétermination ». En se basant sur leurs rôles et leurs importances dans une construction syntaxique, cet article répond à la question suivante : quels sont les différentes significations des pronoms personnels sujets du pévé dans les emplois ? Autrement dit, quels sont les sens grammaticaux des pronoms personnels sujets du pévé ? Quelles sont leurs différentes significations socioculturelles ?

Les pronoms personnels sujets du pévé ont un sens du point de vue grammatical et parfois plusieurs significations du point de vue culturel. C’est ainsi que l’objectif de cet article est d’étudier les différents sens que dégagent ceux-ci selon leurs différents emplois, c’est-à-dire, étudier leur acception grammaticale dans un premier temps et ressortir leurs conceptions personnalisées dans un second temps.

Sachnine (1982b), Shay et Wambadang (2019), Badjam (2022b et 2023c), Jungraithmayr (1978) n’ont abordé la question des pronoms personnels que sous l’angle grammatical. Ce qui donne à cet article son originalité et sa raison d’être, car il vient expliciter certains discours culturels véhiculés par ces pronoms personnels sujets.

En plus de la théorie de base qui est la linguistique descriptive, l’approche énonciative contextualisée convoquée dans cette étude permet de ressortir les propos culturalisés dans les pronoms personnels sujets du pévé en décrivant la « mise en fonctionnement de la langue par un acte individuel d’utilisation » (Benveniste, 1974 : 80).

Dans le cadre de cet article, les huit pronoms personnels sujets pévé ont été relevés dans le Dictionnaire bilingue pévé-français, édition 2022. Les articles consacrés à ces pronoms dans le dictionnaire décrivent déjà les différents sens grammaticaux de ceux-ci. Il s’agit entre autres des pronoms personnels sujets de la première, deuxième ou troisième personne, du singulier ou du pluriel, du genre féminin ou masculin ou « mixte ».

Pour avoir les significations culturelles de ces pronoms, un questionnaire a été formulé pour aller à la rencontre de quelques locuteurs natifs âgés d’une quarantaine et d’une cinquantaine dans la ville de N’djaména au Tchad. Ces enquêtés ont été choisis sur la base de la maîtrise de la langue et la culture pévé qu’ils ont. Le questionnaire élaboré dans le cadre de cette enquête comporte les questions suivantes :

  1. Y a-t-il des pronoms personnels sujets qui expriment la modestie en pévé ?
  2. Si oui, pourriez-vous les citez et les employés dans une phrase ?
  3. Est-il possible de tutoyer quelqu’un en pévé ?
  4. Si oui, quelle est la formule (pronom) utilisée pour le tutoiement ?
  5. Est-il possible de vouvoyer quelqu’un en pévé ?
  6. Si oui, quelle est la formule (pronom) utilisée pour le vouvoiement ?
  7. Est-il permis de féminiser un homme en pévé ?
  8. Si oui, à l’aide de quel pronom personnel peut-on le faire ?
  9. Est-il permis de masculiniser une femme en pévé ?
  10. Si oui, à l’aide de quel pronom personnel peut-on le faire ?
  11. Auriez-vous connaissance d’un emploi culturel des pronoms personnels sujets passé inaperçu dans cet entretien ?
  12. Si oui, lesquels ?

Les huit phrases illustratives retenues dans ce travail ont été décrites syntaxiquement et analysées selon le contexte culturel d’énonciation, car « dès qu’il (l’énonciateur) se déclare locuteur et assume la langue, il implante l’autre en face de lui […], postule un allocutaire […]. Ce qui, en général, caractérise l’énonciation est l’accentuation de la relation discursive au partenaire, que celui-ci soit réel ou imagé, individuel ou collectif » (Benveniste, 1974 : 14).  Les pronoms personnels sujets dans les tableaux sont transcrits phonétiquement entre les crochets. Les phrases illustratives sont également transcrites phonétiquement mais ne sont pas mises entre les crochets phonétiques.

1. La présentation des pronoms personnels

La langue pévé regorge huit pronoms personnels sujets. Ces huit pronoms permettent de désigner un objet, une personne ou un animal de genre masculin ou féminin. Ceux-ci sont :

Tableau 1 : Pronoms personnels sujets du pévé.

Pronoms personnels sujets du pévé
Nombre Personnes Masculin Féminin
Singulier Première personne Nâ [nā̰] Nâ [nā̰]
Deuxième personne Ha [hā] Həŋ [hə̰̄ŋ]
Troisième personne Mum [mṵ̄m] Ta [tā]
Pluriel Première personne Namba (mba) [nā̰mbā] Namba (mba)  [nā̰mbā]
Deuxième personne Hi [hī] Hi [hī]
Troisième personne Handay (nday) [hā̰ndàj] Handay (nday) [hā̰ndàj]

Ces pronoms personnels sont du genre féminin ou masculin. Ils expriment soit le singulier soit le pluriel. Ils précèdent toujours le verbe s’ils sont employés comme pronoms personnels sujets et possèdent également leur correspondance subjonctive (Badjam, 2023c : 223), possessive, démonstrative. Leur catégorisation en genre et en nombre peut se présenter de manière suivante.

1.1. Les pronoms personnels sujets du genre féminin

Les pronoms personnels sujets du genre féminin sont employés pour désigner les personnes et les animaux de sexe féminin et par volition les objets. Ils sont entre autres :

Tableau 2 : Les pronoms personnels sujets du genre féminin

Pronoms personnels sujets du genre féminin
Nombre Personnes Féminin
Singulier Deuxième personne Həŋ [hə̰̄ŋ]
Troisième personne Ta [tā]

Ces deux pronoms du genre féminin hə̰̄ŋ (tu féminin) et (elle) désignent explicitement les personnes ou les animaux du genre féminin. Ils peuvent être employés pour désigner un objet, car en pévé, les objets n’ont pas de genre. Il dépend d’un usager de la langue de leur accorder un genre. Ils ne sont pas neutres en termes de genre mais ils ne sont pas non plus spécifiés en genre masculin ou féminin. Le pronom personnel sujet hə̰̄ŋ désigne la deuxième personne du singulier. Ce qui veut dire qu’en pévé, il y a un pronom personnel pour désigner une personne à la deuxième personne du féminin, le « tu (féminin) ». Lorsque la consonne h à l’initiale du pronom hə̰̄ŋ est élidée, on obtient le pronom subjonctif ə̰̄ŋ de la deuxième personne du singulier du genre féminin. Le pronom est employé pour indiquer la troisième personne du singulier. Ce pronom a pour homonyme le verbe qui signifie « aller » et « marcher » en pévé.

1.2.Les pronoms personnels sujets du genre masculin

Contrairement aux pronoms personnels sujets du genre féminin, les pronoms personnels sujets du genre masculin sont employés soit pour désigner les personnes soit les animaux de sexe masculin. Cependant, les objets par exemple, sont susceptibles d’être masculinisés dans un énoncé dépendamment d’un locuteur. Les pronoms de ce genre sont :

Tableau 3 : Les pronoms personnels sujets du genre masculin

Pronoms personnels sujets du genre masculin
Nombre Personnes Masculin
Singulier Deuxième personne Ha [hā]
Troisième personne Mum [mṵ̄m]

Le pronom personnel sujet est à la deuxième personne du genre masculin. L’élision de la lettre initiale h du pronom fera de la voyelle ā un pronom personnel désignant la deuxième personne du subjonctif. Le pronom personnel mṵ̄m désigne la troisième personne du singulier. Ces deux pronoms personnels sujets désignent explicitement les personnes ou les animaux de sexe masculin. Ils peuvent également être utilisés pour pronominaliser respectivement un objet à la deuxième ou à la troisième personne du singulier.

1.3.Les pronoms personnels sujets du genre « mixte » ou « neutre »

Il faut entendre par les pronoms mixtes, ceux qui n’indiquent pas explicitement le genre des personnes ou des animaux. Mais ils peuvent être employés pour désigner des personnes ou des animaux de sexe féminin et masculin.

Tableau 4 : Les pronoms personnels sujets du genre « mixte » ou « neutre »

Pronoms personnels sujets du genre « mixte » ou « neutre »
Nombre Personnes Masculin Féminin
Singulier Première personne Nâ [nā̰] Nâ [nā̰]
Pluriel Première personne Namba (mba) [nā̰mbā] Namba (mba)  [nā̰mbā]
Deuxième personne Hi [hī] Hi [hī]
Troisième personne Handay (nday) [hā̰ndàj] Handay (nday) [hā̰ndàj]

Le pronom personnel sujet nā̰ indique la première personne du singulier. Il peut s’agir d’un homme ou d’une femme. Le pronom nā̰mbā désigne la première personne du pluriel. Cette première personne du pluriel peut être au féminin ou au masculin. Le pronom nā̰ et nā̰mbā avec son diminutif mbā sont beaucoup plus utilisés par un sujet parlant. Le pronom personnel sujet indique la deuxième personne du pluriel. Il est employé soit dans le contexte du pluriel soit pour vouvoyer. hā̰ndàj est un pronom personnel sujet de la troisième personne du pluriel qui a pour diminutif ndàj. Il est utilisé pour désigner les personnes, les animaux de sexe masculin ou féminin ; et les objets qui ne sont pas classifiés en genre. Tous ces quatre pronoms personnels sujets peuvent être employés pour désigner les personnes et/ou les animaux, au féminin ou masculin, et dans certains cas les objets.

1.4.Les pronoms personnels sujets du singulier

Les pronoms personnels ci-dessous expriment le singulier.

Tableau 5 : Les pronoms personnels sujets du singulier

Pronoms personnels sujets du singulier
Nombre Personnes Masculin Féminin
Singulier Première personne Nâ [nā̰] Nâ [nā̰]
Deuxième personne Ha [hā] Həŋ [hə̰̄ŋ]
Troisième personne Mum [mṵ̄m] [tā]

Le pronom personnel sujet nā̰ désigne la deuxième personne du singulier, masculin/féminin. Les pronoms et hə̰̄ŋ indiquent les deuxièmes personnes du singulier, respectivement du genre masculin et féminin. Les deux pronoms mṵ̄m et indiquent également les troisièmes personnes du singulier selon le genre masculin et féminin. Ces pronoms personnels sujets du pévé sont soit du genre masculin (hā, mṵ̄m) soit du genre féminin (hə̰̄ŋ, tā) soit mixte (nā̰). Ils peuvent désigner une personne ou un animal. Toutefois, ils expriment le nombre singulier.

1.5.Les pronoms personnels sujets du pluriel

Les pronoms personnels ci-dessous expriment le pluriel. Le pluriel en pévé commence à partir du nombre deux à l’infini. Ce n’est pas comme en arabe où le deux n’est pas encore le pluriel.

Tableau 6 : Les pronoms personnels sujets du pluriel

Pronoms personnels sujets du pluriel
Nombre Personnes Masculin Féminin
Pluriel Première personne Namba (mba) [nā̰mbā] Namba (mba)  [nā̰mbā]
Deuxième personne Hi [hī] Hi [hī]
Troisième personne Handay (nday) [hā̰ndàj] Handay (nday) [hā̰ndàj]

Les pronoms personnels nā̰mbā, et hā̰ndàj désignent en ordre la première, la deuxième et la troisième personne du pluriel. Ces trois derniers pronoms personnels sujets du pévé sont employés pour identifier implicitement ou explicitement le genre masculin ou féminin du nombre pluriel. Ils sont complètement mixtes en genre. Cependant, ils expriment le nombre pluriel à l’exception du pronom qui est de la deuxième personne du pluriel mais susceptible d’être employé pour témoigner une politesse (vouvoiement) à l’égard d’une personne.

2.Les différentes significations culturelles des pronoms personnels

Culturellement, les différents pronoms personnels sujets du pévé expriment la modestie, le tutoiement, la politesse ou le vouvoiement, le sens personnel, la plaisanterie, la féminisation ou la masculinisation. Toutes ces significations culturalisées des pronoms personnels sujets pévé sont à découvrir dans cette rubrique.

2.1.La modestie

Le pronom personnel nā̰mbā « nous » est utilisé parfois à la place du pronom personnel nā̰ « je ». Cet emploi peut être ironique dans certaines circonstances, dans d’autres, il exprime la modestie et l’humilité.

(1)

nā̰mbā         mbə́               kāwʤɛ̄ɓdzwə̀

1PL venir+PASS       saluer           chef

« Nous sommes venus saluer le chef ».

Le pronom personnel sujet de la première personne du pluriel nā̰mbā « nous » est employé à la place du pronom personnel sujet de la première personne du singulier nā̰ « je » pour témoigner non seulement la politesse de la personne qui parle mais il est également employé pour exprimer la magnificence du chef face à ses sujets. Il est également de tradition dans la société pévé qu’un sujet ait une modestie face à son chef. Cet énoncé peut exprimer le pluriel si c’était plusieurs personnes qui étaient venues voir le chef.

(2)

nā̰mbā         dāw              sṵ̄m               lāji

1PL enfant+PL DET.+PL        fou 

« Nous les enfants des fous ».

Le pronom personnel sujet nā̰mbā « nous » est utilisé ironiquement pour substituer le pronom personnel sujet nā̰ « je ». Son emploi se veut exclusif, car il ne prend pas en compte l’interlocuteur ou les interlocuteurs mais plutôt le locuteur seul. Bien que ce pronom soit employé pour exprimer le singulier, les autres éléments de la phrase sont accordés selon le nombre du pronom personnel sujet, comme le nom dāw « enfants » qui est la forme plurielle du nom vāj « enfant ». Le déterminant sṵ̄m désigne la marque du pluriel des noms. Lorsque ce pronom personnel est employé pour désigner plusieurs personnes, il exprime plus explicitement le pluriel. Le singulier ou le pluriel se conçoit selon le sens de la phrase.

2.2. Le tutoiement

Le tutoiement peut se faire entre les amis et les intimes. Les aînés peuvent également tutoyer les cadets. Dans le vocable « intime », il ne faut pas y mettre les couples conjugaux ou les amants, car dans la tradition pévé, l’épouse n’est pas autorisée à tutoyer son époux comme un cadet ne doit pas tutoyer son aîné.

(3) 

 Hā       nəvāj       sā           sū ?

2M    PART       enfant   qui   INTERRO

« Qui est ton père ? »

Ce tutoiement fait mention d’une relation de supériorité sur le plan d’âge. La personne qui parle est plus âgée que la personne à qui est posée la question. Le pronom personnel sujet est également employé pour tutoyer un ami ou un égal. Il est formellement interdit en pays pévé de tutoyer un aîné, sauf si c’est celui avec qui vous étiez initiés ensemble ou avant lui ou un cousin à plaisanterie. À l’indicatif et au conditionnel, les pronoms personnels sujets de la deuxième personne du singulier, masculin et hə̰̄ŋ pronom personnel sujet de la deuxième personne du singulier au féminin sont utilisés pour tutoyer. Par contre au subjonctif, ce sont les pronoms personnels sujets du subjonctif ā et ə̰̄ŋ qui sont respectivement employés pour tutoyer une personne de sexe masculin ou féminin. Ces deux pronoms du subjonctif sont obtenus par la suppression du h à l’initiale des pronoms personnels sujets de la deuxième personne du singulier au masculin et au féminin.

2.3. La politesse ou le vouvoiement

Dans la communauté linguistique pévé, le pronom personnel sujet « vous » est employé pour s’adresser à une personne inconnue ou à une personne plus âgée que soi. Ce pronom peut désigner le genre masculin et féminin selon le contexte d’emploi.

(4)

Bə̀bā     hītíkwá               sī           sū ?

Papa    2PL manger+PASS déjà     INTERRO

« Père, avez-vous mangé ? »

Le pronom personnel sujet employé dans ce sens exprime la politesse, car en pays pévé, en guise de respect, il est strictement interdit de tutoyer une personne plus âgée que soi, même si celle-ci fait partie du cercle familial. Une épouse a l’obligation culturelle de vouvoyer son époux mais ce dernier n’a pas l’obligation de la vouvoyer en retour. C’est ainsi que dans cet exemple, on se rend compte qu’un père est vouvoyé par son fils. Cela témoigne de la place importante qu’occupe le respect dans les rapports humains dans cette contrée.

(5)

Hī              mā̰                sā         nərī ?

2PL épouse+SING     qui      INTERRO

« Êtes-vous l’épouse de qui ? »

La femme à qui est adressée cette question n’est pas connue par l’énonciateur. Les règles de politesse imposent à ce dernier d’utiliser le pronom personnel sujet pour s’adresser à celle-ci. Si le pronom était employé dans le sens du pluriel, le nom suivant devrait être au pluriel, c’est dire qu’à la place du nom singulier mā̰ « épouse ou femme », devrait figurer la forme plurielle de ce nom rāwkwā « épouses ou femmes ». Au subjonctif, le pronom deviendra ī par élision du h à l’initiale. D’après ces deux illustrations, l’on peut convenir avec Maingueneau (1981 : 19) qu’« avant toute chose, le vouvoiement et le tutoiement sont des actes, dont l’usage est soumis à certaines conditions de réussite, et qui connote, confirme ou institue un « lien » particulier (familiarité, intimité…) entre les interactants ».

2.4. Le sens grammatical

Le terme « sens grammatical » est utilisé pour désigner les pronoms personnels sujets qui sont employés dans leur premier sens comme ils sont présentés dans la rubrique de présentation des pronoms personnels sujets ci-haut.

2.5. La plaisanterie

La plaisanterie en milieux pévé peut conduire certainement au tutoiement entre une personne moins âgée et plus âgée. Généralement, ces personnes ont été à l’initiation à une même époque ou la moins âgée est initiée bien avant la plus âgée.

(6)

  Hā        gí                mā̰              su             vājʤɛ̄ɓe

2M faire+PASS  comment   INTERRO  enfant    non initié

« Comment vas-tu le non initié ? »

L’usage du pronom personnel « tu » par un cadet pour interpeller un interlocuteur aîné ne témoigne pas l’impolitesse du cadet. Il témoigne plutôt la supériorité du cadet sur l’aîné. Sur le plan culturel en pays pévé, être initié tardivement fait absolument sujet de moquerie. Mais entre les initiés, ces moqueries se déroulent parfois quand ils sont isolés des femmes et parfois des non-initiés. Le mot vājʤɛ̄ɓ « non-initié ou jeune initié » dans la phrase, traduit bien cette moquerie. Ce tutoiement fait office d’une invective entre les initiés. 

2.6.La féminisation

L’usage des pronoms personnels sujets du genre féminin afin d’attribuer un caractère féminin à une personne de genre masculin est appelé une féminisation. Cette féminisation pronominale a très souvent une connotation d’invective.

(7)

hə̰̄ŋgīmḭ̄           sū                 ʤḭ̄nɓō ?

2F faire+PRS     quoi    INTERRO    nom propre

« Que fais-tu DJINƁO ? »

ʤḭ̄nɓō est un nom propre de personne, porté souvent par les personnes de sexe masculin. Le fait d’introduire le pronom personnel sujet de la deuxième personne du féminin hə̰̄ŋ dans cette phrase, fait preuve d’une distorsion sémantique. Cet emploi n’est concevable sémantiquement que quand il est vu par le filtre d’une éventuelle moquerie. La féminisation pronominale peut se faire également à l’aide de la troisième personne du singulier féminin pour désigner un homme.

2.7. La masculinisation

La masculinisation dans ce contexte désigne le contraire de la féminisation pronominale. Elle consiste en effet, à attribuer les traits masculins à une personne de genre féminin en utilisant les pronoms personnels sujets du genre masculin. Cette pratique est beaucoup plus constatée comme une pratique sororale[1] et non une pratique lesbienne. C’est dire qu’une épouse peut appeler sa belle-sœur « mon mari ou mon époux ». Il faut entendre par belle-sœur dans la culture pévé, la petite sœur d’un époux ou d’une épouse. La grande sœur d’un époux ou d’une épouse est plutôt appelée ḭ́nʣà, ce qui se traduit par « belle-mère ». La belle-sœur est appelée dzú en pévé.

(8) 

nʤī          mā̰n          má̰ɲ,              hā        kwárī     sī             sū ?

Époux+SG   mon    nom propre        2M venir+PASS     déjà    INTERRO

« Mon époux Maye, es-tu arrivé ? »

má̰ɲ est un nom propre d’une femme. Ce nom s’est vu attribuer des traits masculins par le nom nʤī qui signifie « époux » et par le pronom personnel de la deuxième personne du singulier du genre masculin « tu ». La femme qui pose la question est l’épouse du frère de má̰ɲ. Elle fait de sa belle-sœur son époux dans son interrogation. Sémantiquement cette phrase est inacceptable mais syntaxiquement correcte et culturellement acceptable.

Conclusion

L’appréhension des sens grammaticaux et culturels des pronoms personnels sujets en pévé revêt une importance capitale dans l’énonciation et la compréhension d’un discours en pévé. L’étude des sens de ces pronoms personnels sujets selon leurs différents emplois révèle tant de choses sur la socioculture pévé. En les présentant, sur les huit pronoms personnels sujets, les uns expriment une féminité ou une masculinité, les autres sont mixtes ou neutres. Tous, expriment soit le singulier soit le pluriel. Certains peuvent être employés dans le sens de la modestie, du tutoiement ou du vouvoiement, et d’autres sont utilisés dans un contexte de plaisanterie, de féminisation ou de masculinisation. Pour bien cerner tous ces contextes, il faut parfois bien maîtriser la culture pévé, car au nom de sa mission communicatrice, la langue est généralement assujettie au profit de la culture.

Références bibliographiques

BADJAM YAN-TCHAMSI, Aimé,

  1. 2021,  Dictionnaire bilingue pévé-français, français-pévé. N’djaména : Toumaï, 2021.
  2. 2022, « La topicalisation en pévé ». In Coordonné par Orphée GORE, Sous la direction de : Koffi Ganyo AGBEFLE & Christian TREMBLAY, Langues, Éducation et Sociétés africaines : introspections, Volume 2022 No 7 ISBN : 978-2-492327-08-7, Édité par L’Observatoire européen du plurilinguisme (OEP) et les Éditions Francophones.
  3. 2023, La description du système verbal du pévé, langue tchadique du groupe masa (code ISO 639-3). Thèse soutenue en vue de l’obtention du Doctorat Ph. D en Sciences du Langage, Université de Maroua (Cameroun), 25 juin 2023.

Benveniste,  Émile, 1974,  Problèmes de linguistique générale, tome II, Paris : Gallimard.

De Saussure, Ferdinand, 1972, Cours de linguistique générale, Paris : Payot.

Greenberg, Joseph. (1971). « Nilo-Saharan and Meroitic », In Curen Trends in linguistics, vol.7 : linguistic in sub-saharan Africa, Paris La Haye : Mouton.

Maingueneau, Dominique, 1981, Approche de l’énonciation en linguistique française, Paris : Hachette.

Jungraithmayr, Hermann, 1978, « The Zime dialect cluster (“Kado”, “Dari”) in Southern Chad: its verbal aspect system», Afrika und Ubersee.

Le Petit Robert, 2011, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Le Robert.

Sachnine, Michka,

  1. 1982, Dictionnaire lamé-français, lexique français-lamé. Paris : SELAF.
  2. 1982, Le lamé, un parler du Nord-Cameroun (langue tchadique). Phonologie et grammaire. Paris : SELAF.

Shay, Erin, et Wambadang, Lazare, 2020, A grammar of pévé, Boston : Brill.


[1] L’épouse d’un frère reconnaît et réclame son statut d’épouse à la famille et aux parents de son époux de sexe masculin comme féminin.

 


Biographie
Aimé BADJAM YAN-TCHAMSI enseigne à l’Université de N’djaména (Tchad), au Département de Sciences du Langage et à l’Université de Sarh (Tchad) au Département de Lettres Modernes. Détenteur d’un Ph. D en Sciences du Langage, il a initié et dirige un projet lexicographique bilingue (pévé – français), et est auteur de plusieurs œuvres littéraires et ouvrages scientifiques en science linguistique.


Citer ce billet
Aimé BADJAM YAN-TCHAMSI (2024, 5 mars). Une analyse des sens des pronoms personnels sujets du pévé  . Discours, Langue et Société. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8bk

Aimé BADJAM YAN-TCHAMSI

Enseigne à l’Université de N’djaména (Tchad), au Département de Sciences du Langage et à l’Université de Sarh (Tchad) au Département de Lettres Modernes. Détenteur d’un Ph. D en Sciences du Langage, il a initié et dirige un projet lexicographique bilingue (pévé – français), et est auteur de plusieurs œuvres littéraires et ouvrages scientifiques en science linguistique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search