Quelles affordances pour la veille informationnelle scientifique en SHS ? Contribution pour une description techno-sémiotique in situ des formes de veilles informationnelles académiques

 

Texte de communication présenté au E-Colloque International
“Les sciences du langage et les discours
numériques : Terrains, méthodes et
analyses” organisé à l’université de Chlef – 16 et 17 octobre 2023

 

Introduction

Sur les réseaux socionumériques tels que Facebook et Twitter, les utilisateurs reçoivent par défaut des notifications sur l’activité de leurs amis, des pages qu’ils suivent et des groupes auxquels ils ont adhéré. Cette particularité des RSN à informer les utilisateurs de chaque nouvelle publication concernant les personnes ou les espaces qu’ils ont rejoint est appelée “veille informationnelle”. Elle est déclenchée au préalable par l’utilisateur à l’aide de boutons technolangagiers (comme “suivre”, “s’abonner”, ” rejoindre”, etc.) ou d’autres icônes cliquables reconnaissables par leur forme. Ces “affordances”, qu’elles soient iconotextuelles ou iconiques, créent un lien direct et instantané entre la machine et l’utilisateur qui les a déclenchées. Cela montre le rapport de l’homme à l’environnement numérique et les potentielles interactions qui peuvent être réalisées à l’aide de ces affordances. Qu’n est-il des autres formes de veilles informationnelles sur les plateformes et réseaux sociaux académiques ? Dans leur médiation épistémique et documentaire, quelles ressources techno-sémiotiques ces plateformes mobilisent-elles ? quelles fonctions assurent-elles pour maintenir l’interaction entre l’environnement et les usagers ?

Dans ce billet, nous allons explorer les différents types d’affordances qui incitent à la cliquabilité pour déclencher une veille informationnelle automatisée. Nous allons donc, nous pencher sur les potentielles affordances permettant une veille informationnelle sur les plateformes académiques qui assurent la diffusion de la recherche scientifique. Bien que les fonctionnalités d’alertes de veille informationnelle scientifique varient selon les plateformes, nous allons entamer, depuis notre interface mobile, une description in situ des affordances envisagées dans une praxis techno-sémiotique. Celles-ci ont le potentiel de créer une agentivité environnementale porteuse de significations.[1]

L’affordance une notion articulée entre perception et action

L’affordance est une vieille notion qui est apparue entre 1920  et 1939 traversant certains domaines, principalement la psychologie, la biologie et la philosophie, d’où ses multiples dénominations : “« signes actanciels » (Uexküll 1934), les « valences » ou le « caractère de demande » (Werner 1926) d’objets numériques iconotextuels (Nerlich 1990) d’architexte (Genette 1979, Jeanneret et Souchier 2005)” (Ruchon, 2019). Elle décrit les caractéristiques d’un objet ou d’un environnement qui suggère ou permettent des utilisations possibles. Elle a été introduite en sciences humaines par J. Gibson dans les années soixante-dix. Elle est définie comme étant la particularité des objets de l’environnement à induire certains comportements et actions chez les individus, par exemple la poignée d’une porte offre une affordance pour l’ouverture de la porte, pour ne citer que cet exemple. Se sont donc les propriétés perceptuelles de l’objet “poignet de porte” qui indiquent instinctivement l’action d’ouvrir. Pour le psychologue Gibson, les invites perceptuelles des objets et de l’environnement édictent ou influence les agissements des individus. Avec le développement de l’environnement numérique, les designers d’interfaces numériques offrent aux utilisateurs des possibilités d’action pour s’approprier ces environnements grâce à des boutons cliquables et des barres de défilement, que l’on appelle affordances numériques. Cependant, les interfaces conçues par les développeurs ont un impact sur les utilisateurs, car elles peuvent réorienter leurs choix, façonner leurs discours et même leur donner un sentiment d’influence sur leur environnement. A cet effet, la contribution de la techno-sémiotique à l’étude de formes de veille est indispensable, car nous concevons les objets affordanciels comme signes iconiques et/ ou iconotextuels agrémentés de matérialités techniques inhérent à l’environnement numérique. Alors pour étudier les affordances pour la veille informationnelle scientifique d’un point de vue techno-sémiotique, il est nécessaire de prendre en compte les aspects techniques et sémiotiques des interfaces académiques utilisées dans le contexte de la veille. Les aspects techniques concernent les fonctionnalités (affordances) des outils de recherche et de gestion de l’information, tandis que les aspects sémiotiques concernent les significations et les connotations des symboles, des icônes et des autres signes graphiques utilisés dans les interfaces utilisateur des plateformes académiques. Cette analyse peut aider à comprendre comment les utilisateurs interprètent et utilisent ces signes pour accomplir l’affordance de veille.

Description des Affordances pour la veille informationnelle scientifique sur le web

La veille informationnelle scientifique est un processus clé dans le domaine académique qui permet aux chercheurs et doctorants de se tenir informés des dernières avancées dans leur domaine de recherche. Cette pratique est facilitée grâce aux plateformes et bases de données en ligne qui mettent à disposition une grande quantité d’informations. Cependant, pour être efficace, cette veille doit être régulière et systématique.

Ainsi, pour répondre à ce besoin, les plateformes proposent des outils de veille automatisée tels que les flux RSS et les systèmes d’alertes. Ces outils permettent de recevoir automatiquement des notifications lorsque de nouveaux articles, ouvrages ou autres publications sont disponibles dans son domaine de recherche. Pour bénéficier de ces fonctionnalités, il est souvent nécessaire de créer un compte et de suivre les revues ou les auteurs pertinents en cliquant sur des boutons tels que “Suivre”, “Follow” ou “S’abonner”. Ces affordances numériques sont devenues indispensables dans la recherche documentaire en ligne, car elles permettent de passer d’une veille manuelle à une veille automatisée. En outre, il convient de souligner que chaque plateforme ou base de données peut offrir des fonctionnalités différentes en matière de veille informationnelle scientifique, et qu’il est donc important de bien comprendre les affordances proposées pour en tirer le meilleur parti. Les boutons technolangagiers comme ceux qu’on vient de citer peuvent donc être considérés, dans ce cas précis, comme des outils de médiation épistémique, car ils facilitent la recherche et l’accès à l’information, ainsi que la diffusion de connaissances et de savoir-faire

Nous allons prendre un premier exemple concret d’un portail de revue : Cairn.info, où l’affordance de veille est très simple à déclencher. Pour ce faire, il suffit de créer un compte et activer le suivi des revues en cliquant sur le technogeste “Suivre” comme dans le cas des revues adhérentes, (ici la revue Langage & Société) au portail #Cairn.info (voir captures ci-dessous). Mais cela n’est pas envisageable sur le portail OpenEdition revues dont la veille s’opère uniquement par les flux RSS.

Sur Google Scholar, il est également possible d’activer directement le suivi dans le profil Scholar de certains chercheurs et spécialistes de son domaine, et ce en cliquant sur l’affordance iconique, puis ajoutez son adresse mail de correspondance, comme l’illustre la capture d’écran à droit. Alors le chercheur recevra des alertes (notifications 🔔) dans sa boîte mail concernant les nouvelles publications des chercheurs qu’il suit, ainsi que les travaux dans lesquels ils ont été cités récemment.

Alors examinons de plus près la forme des boutons de veille et son potentiel affordance à partir de l’interface mobile. On constate clairement que le geste affordanciel opéré dans la première capture crée, par le biais de la délinéairisation technique, une délocalisation de l’usager,  conduisant celui-ci à l’éditorialisation de la veille en fonction des ses besoins. Alors, l’affordance primaire (réalisée dans la première capture) est définie comme une « affordances liées à l’interface graphique que les concepteurs souhaitent rendre très intuitives » induit une affordance secondaire, “dont l’action qui en découle nécessite une certaine réflexion et plusieurs gestes pour son accomplissement” (Ruchon, 2019 : 7).

Compte tenu des propriétés visuelles primaires, l’icône de Suivi +✉ (ou d’alertes, d’abonnement, etc.) située en haut du profil Scholar ne permet pas de faire de la veille. En effet, dans la plupart des plateformes, l’icône de l’enveloppe +✉ dont la signification est stabilisée, sert à afficher l’envoi de courriers électroniques. À l’inverse, l’icône de veille de Scholar dans l’interface mobile porte une signification différente pour le sujet percevant, car c’est la combinaison des propriétés de l’objet numérique et de l’expérience qui détermine le sens et l’affordance. Par conséquent, cette icône pourrait suggérer à ce sujet percepteur d’envoyer un message, bien que cela ne soit pas l’affordance prévue par le concepteur. L’affordance de veille informationnelle sur Scholar n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui témoigne selon Morgagni (2011) , des dynamiques sémiotiques des affordances (des objets numériques ?).

Enchaînons, par ailleurs, certaines plateformes académiques que l’on appel communément réseaux sociaux académiques telles que ResearchGate et Academia.edu, disposent des affordances permettant de réaliser cette veille à condition de créer un compte. Comme on peut le voir dans les captures d’écran ci-dessous, ces réseaux académiques fonctionnent, sur le plan technique, comme les autres réseaux socionumériques, car l’utilisateur reçoit des alertes dans l’onglet notifications de son profil. Si l’on regarde attentivement à l’espace graphique premier de l’interface, le technomot Follow est typique dans ces deux réseaux académiques et dans nombreuses interfaces d’ailleurs. Ce qui fait de lui l’affordance injonctive du Suivre la plus répondue. Alors on voit bien que ce même geste stimule deux veilles informationnelles dans deux interfaces différentes.

Cela est également valable pour les Carnets de recherche et blogs scientifiques tel que hypotheses.org. Ils permettent aussi de s’abonner à leur newsletter (ou lettre d’information ou info-lettre) pour recevoir des alertes continuellement lorsque un billet de blog est mis en ligne.

Au delà des affordances techniques situées décrites précédemment, on décèle des énoncés de veille qui s’agrippent dans les technodiscours émis par certains portails sur leur interfaces ou comptes Twitter. Ces énoncés, pour la plupart, sont injonctifs et incitent à l’action de veille. Ils se présentent sous la structure syntagmatique composite suivante  : énoncé injonctif/ prescriptif + lien hypertextuel, comme dans l’exemple suivant qui provient directement d’un tweet de Cairn.info: Suivez-nous :  https://twitter.com/Cairninfo?ref_src=twsrc%5Etfw. L’énoncé introduit l’affordance véhiculée par le lien hypertextuel en bleu qui stimule le clique pour opérer le suivi.

D’autres marqueurs énonciatifs et sémiotiques sont ainsi mis en avant dans les technodiscours des plateformes académiques. Nous citons pour le premier cas : abonnez-vous, suivre, ici suivé d’une icône ⤵️ ➡️, d’un Emoji de pousse 👉 . C’est le cas de OpenEdition revues dont la veille se manifeste comme le montre la capture d’écran ci-dessous, non par par un bouton textuel mais à l’aide de l’énoncé  prescriptif Suivez-nous suivé au dessous des icônes de suivi / veille de différentes interfaces dans lesquelles la plate-forme est visible. Ainsi l’icône de f bleu afforde le suivi sur Facebook, l’icône de l’oiseau bleu afforde le suivi sur Twitter,  etc. Ces icônes permettent une affordance de veille multisites susceptibles d’induire des affordances secondaires.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 888888-600x500.png.

La plus part des sites institutionnels (universités, laboratoires…), blogs scientifiques, carnets de recherche (ex. hyptheses.org ), ou des revues électroniques adhérentes au portail d’OpenEdition revues, Erudit ou Persée diffusent des flux de syndication contenant des informations sur les publications (titre, résumé, premières lignes…). Les affordances de veille par flux dans la majorité des sites sont repérables au pied de page (à gauche/à droite) à l’aide de deux icônes, les plus courantes sont le symbole orange avec des ondulations blanches et le symbole blanc avec des ondulations oranges. Le symbole orange avec des ondulations blanches est le symbole RSS standard. Il constitue une des « petites formes » (Candel, Jeanne-Perrier, Souchier, 2012) qui composent la grammaire combinatoire des écrans ( Candel et Gomez-Mejia, 2016). Il est souvent utilisé pour indiquer la présence d’un flux RSS générique, qui peut contenir des articles, des mises à jour de blogs, des podcasts, des vidéos, etc. Des icônes oranges carrée telles que  :

flux_rss

ou 

icones_rss_xml

soit en indiquant textuellement “S’abonner aux flux RSS” ou “syndication”. Généralement ces icônes sont des liens ou accompagnent un lien vers la page du flux qui vous permet de vous abonner à ce flux.

Affordance de veille sur OpenEdition revues

Le symbole blanc avec des ondulations blanches/oranges est souvent utilisé pour indiquer la présence d’un flux de syndication de RSS. Il est est souvent utilisé pour les blogs et les sites web pour l’abonnement des chercheurs à leur lettre d’information. Le cas le plus illustre est le portail Persée (voir capture ci-dessous).

Flux RSS de Nouvelle Revue d’Onomastique sur le portail Persée.org

En gros, les boutons technolangagiers (les technomots) et les technosignes cliquables (symboles et/ou icones) sont dotés d’un signe passeur ou d’un hyperlien permettant directement d’agir sur l’hypertextualité du discours (Simon, 2016). En les considérons comme des formes de discours hypertextualisé, ils sont conçus pour faciliter la communication et l’interaction entre les utilisateurs et les plates-formes numériques, ce qui en fait un outil important pour atteindre des objectifs pragmatiques autre qu’affordanicels. Par exemple, le bouton “suivre” sur une plate-forme de médias sociaux peut être utilisé pour montrer l’intérêt d’un utilisateur pour le contenu publié par un autre utilisateur, cela est valable pour les réseaux socionumériques académiques. Cette action peut être considérée comme une fonction pragmatique, car elle est utilisée pour établir et maintenir des relations sociales en ligne. De même, le technomot “s’abonner” dans les cas étudiés ci-dessus, est utilisé pour recevoir des mises à jour régulières sur des publications mises en ligne ou une chaîne de contenu académique récent. Cette fonctionnalité peut être considérée comme pragmatique, car elle est utilisée pour obtenir des informations utiles sur des sujets et travaux de recherches spécifiques. En utilisant ces affordances, les utilisateurs peuvent exprimer leur intention et leur engagement envers une plate-forme numérique ou les service en ligne à caractère académiques, qui offrent à la communauté des chercheurs l’opportunité de rester informer sur les avancées de la recherche dans leur domaine. Les affordances de par leur propriétés techno-sémiotiques ne sont pas de simples objets cliquables stimulant des actions, mais plutôt des signes-objets dotés de significations et d’intentions qui créent un rapport plus moins relationnel avec la machine elle-même et le contenu informationnel qu’elle médiée en l’occurrence. En effet, elles guident nos actions et réorientent nos attentions et façonnent notre expérience en matière de veille informationnelle.

A ne pas conclure que ces quelques notes de recherche ont montré du point de vue de la sémiotique visuelle que la veille documentaire en ligne prend des formes typiques et standardisée. Elle est perceptible et déclenchée par divers symboles tels que les pictogrammes ✉ + , le symbole blanc/orange avec des ondulations blanches/oranges ou les technogestes iconotextuels (boutons textuels). Ces étiquettes de bouton ont une signification conventionnelle et elles ont été standardisées pour faciliter la reconnaissance et la compréhension des utilisateurs.

Les formes de veilles sont diverses allant de l’affordance technique aux affordances technolangagières.  La mise en forme de celles-ci diffère de l’interface mobile à l’interface ordinateur impactant le degré de perceptibilité de l’affordance chez l’utilisateur. Enfin, ces quelques exemples empiriques pris de certaines plateformes académiques les plus populaires en SHS, nous apportent un éclairage sommaire pour ne pas dire complet, sur les formes de veilles informationnelles scientifiques qui, comme nous l’avons pu le constater, se manifestent à l’aide d’une diversité de ressources techno-sémiolangagieres quelquefois combinés pour créer un lien informationnelle direct avec les chercheurs. Au delà de la porté scientifique de ce sujet, notre contribution fournit à la communauté scientifique, principalement les jeunes chercheurs, une idée sur les potentialités de la veille informationnelle scientifique sur le web et son importance pour leur carrière de chercheur dans la mesure où elle leur offre la possibilité de suivre ce qui se fait dans leur domaine de recherche et de prendre connaissance à temps des nouvelles publications et  théories mises au devant de la scène académique sur le web, et suivre l’avancée de la recherche.

Bibliographie

Alloing, C., & Pierre, J. (2021). Le travail émotionnel numérique: faire de ses clics un moyen d’éviter les claques. Questions de communication, (40), 233-256.

Candel, E., & Gomez-Mejia, G. (2016). Le bouton like: poétique du clic, vertige des discours. Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, (42

Gibson James J. 1966, The Senses Considered as Perceptual Systems, Boston, Houghton Mifflin.

Gibson James J., 1977, « The Theory of Affordances », dans Shaw R. & Brandsford J. (eds), Perceiving, Acting, and Knowing : Toward and Ecological Psychology : 62-82.

Gibson James J., 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Hillsdale, Lawrence Erlbaum.
DOI : 10.4324/9781315740218

Gibson James J. & Crooks Laurence E., 1938, « A Theoretical Field-analysis of Automobile-driving », American Journal of Psychology 51 : 453-471.
DOI : 10.2307/1416145

Lewin Kurt, 1968 [1938], The Conceptual Representation and the Measurement of Psychological Forces, Durham, Duke University Press. DOI : 10.1037/13613-000

Ruchon, C., 2019. De l’affordance injonctive à la créativité discursive: l’exemple du ticker numérique. Corela. Cognition, représentation, langage, (HS-28). URL : https://journals.openedition.org/corela/8457

Simon, J. (2016). « Présentation. Le discours hypertextualisé », Semen [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 24 août 2017, consulté le 26 avril 2023. URL : http://journals.openedition.org/semen/10607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.10607

Notes 

[1] C’est la capacité d’un individu à interagir avec son environnement de manière active et signifiante, c’est-à-dire à agir sur celui-ci tout en lui donnant du sens. Cela peut se faire à travers des comportements, des actions ou des pratiques qui sont guidés par les perceptions et les interprétations que l’individu a de son environnement. Cette notion est souvent associée aux concepts d’écologie cognitive et d’affordance, qui reconnaissent le rôle actif de l’individu dans la construction de son environnement et la signification qu’il lui accorde.


Référence électronique

Bourdache A., 2023, « Quelles affordances pour la veille informationnelle scientifique en SHS ? Contribution pour une description techno-sémiotique in situ des formes de veilles informationnelles scientifiques », Dislanso : Discours, langue et société [Carnet de recherche], en ligne https://lesms.hypotheses.org/2734 , consulté le…


AUTEUR

Achour Bourdache

Département de langue et littérature françaises, laboratoire LESMS, Université A. Mira. Bejaia, Algérie

E-mail: achour.bourdache@univ-bejaia.dz



Citer ce billet
Achour Bourdache (2023, 20 octobre). Quelles affordances pour la veille informationnelle scientifique en SHS ? Contribution pour une description techno-sémiotique in situ des formes de veilles informationnelles académiques. Discours, Langue et Société. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quog

Achour Bourdache

Docteur en Sciences du langage à l'université de Bejaia (Algérie). Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les discours numériques natifs en privilégiant des perspectives écologiques et interdisciplinaires.

1 réponse

  1. Djilé Donald dit :

    Très belle contribution.
    J’ai beaucoup appris.
    Merci infiniment 🙏🏿.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search