Colonialité épsitémologique et dévalorisation du savoir situé en SDL en Algérie

 

La pratique de sous-évaluer les travaux et connaissances locales au profit de références étrangères, principalement eurocentriques, est une réalité amère de la recherche en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement en Algérie. Il n’est pas rare de constater que certains chercheurs, pourtant algériens, ne citent que des auteurs étrangers dans leurs travaux portant sur des corpus algériens. Cette tendance s’étend également aux appels à contribution et de communication qui sont souvent imprégnés de formes de savoirs exogènes. Des constats déjà soulevés par de nombreux collègues lors de colloques et autres manifestations scientifiques.

Cette pratique de la sous-évaluation du savoir situé en Sciences du Langage (SDL) peut être considérée comme une manifestation de la colonialité épistémique, une asymétrie de pouvoir dans la production, la diffusion et l’utilisation des connaissances, qui favorise les formes de savoirs associées aux cultures occidentales et eurocentriques, au détriment des savoirs situés et des connaissances locales. Ce phénomène interroge l’éthique de la recherche et la colonialité du savoir. Pourquoi cette valorisation outrancière du savoir occidental au détriment du savoir situé, notamment algérien ?

Diverses raisons expliquent cette hégémonie du savoir occidental, notamment la perception selon laquelle les travaux des chercheurs étrangers seraient plus pertinents, plus innovants ou plus valorisants. S’ajoute à cela, l’influence des normes académiques internationales qui privilégient la citation d’auteurs reconnus à l’échelle mondiale.

En Sciences du Langage (SDL), il est essentiel de reconnaître la richesse et la diversité des langues et des cultures, ainsi que l’importance des connaissances et des savoirs situés dans ces domaines. La colonialité du savoir dans les SDL peut se manifester de différentes manières, notamment en privilégiant les approches théoriques et méthodologiques développées dans les pays occidentaux et en sous-estimant les perspectives et les savoirs issus des contextes locaux et situés.

Cependant, les savoirs situés peuvent offrir des perspectives uniques et précieuses sur les questions de langue et de culture dans leur contexte, et contribuer à une compréhension plus profonde et plus nuancée de ces questions. Les chercheurs en SDL doivent donc être encouragés à valoriser et à intégrer ces perspectives dans leurs travaux, en adoptant une approche critique et réflexive de leur propre pratique scientifique. En outre, une collaboration interdisciplinaire et interculturelle peut être bénéfique pour la production et la diffusion des connaissances en SDL, en permettant des échanges constructifs et des perspectives élargies. Les collaborations avec des chercheurs locaux et des praticiens des langues peuvent contribuer à la promotion d’une SDL plus ancrée dans les contextes locaux et situés, et à une prise en compte plus effective des enjeux de diversité et d’équité linguistiques.

Dans le contexte algérien, la question de la colonialité du savoir est particulièrement pertinente pour les sciences du langage (SDL), notamment en ce qui concerne la valorisation des connaissances et des pratiques études de terrains locales. Il est important de souligner que la valorisation des connaissances et des pratiques de recherche situées ne doit pas être considérée comme une simple revendication, mais comme un enjeu épistémologique et scientifique crucial. En effet, la prise en compte des épistémologies locales peut permettre de renouveler les perspectives théoriques et méthodologiques des travaux en SDL, tout en favorisant une approche plus équitable et inclusive de la recherche scientifique.

Cependant, la colonialité du savoir en SDL en Algérie se manifeste également par la prédominance de théories et de méthodes de recherche importées, souvent eurocentriques, qui ne prennent pas suffisamment en compte les spécificités locales. Cette situation peut conduire à une dévalorisation des savoirs et des pratiques linguistiques locaux, ainsi qu’à une distorsion des représentations et des analyses linguistiques des langues en Algérie.

Dans ce contexte, il est crucial de promouvoir une approche de recherche en SDL qui valorise les connaissances situées, tout en développant une réflexion critique et réflexive sur les enjeux épistémologiques et scientifiques de la production et de la diffusion des savoirs en SDL en Algérie. Il est également important de favoriser une approche interdisciplinaire et collaborative de la recherche, qui favorise le dialogue entre les différentes disciplines, et qui permette de dépasser les clivages entre les savoirs locaux et les savoirs importés.



Citer ce billet
Dislanso - Discours, langue et société (2023, 8 mars). Colonialité épsitémologique et dévalorisation du savoir situé en SDL en Algérie. Discours, Langue et Société. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quof

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search