Des noms et des discours sur le web social. Éléments d’analyse technodiscursive

 

INTRODUCTION

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Facebook n’est pas un outil de communication destiné à créer de nouvelles relations personnelles en ligne ou à faciliter les rencontres. Il s’agit plutôt d’un média socionumérique et d’un outil d’expression qui offre aux utilisateurs la possibilité de partager, publier du contenu, commenter et interagir avec du contenu informationnel, ainsi que de diffuser instantanément d’autres contenus sur d’autres médias socionumériques. Cependant, ce dispositif est constamment nourri de controverses sociales, ce qui en fait un espace numérique alternatif où les pratiques sociales hors ligne se prolongent en ligne ou où de nouvelles pratiques se développent à l’écran. Les utilisateurs ne sont pas de simples spectateurs, mais des acteurs principaux qui ont contribué à faire de Facebook ce qu’il est aujourd’hui : une arène de débat qu’ils alimentent et s’approprient à leur profit.

De plus, Facebook reflète le monde dans lequel ses utilisateurs évoluent et leur représentation de celui-ci. Ainsi, le foisonnement des discours produits sur ce dispositif traduit les représentations sociales, linguistiques, culturelles, identitaires, etc. des communautés virtuelles. La mise en discours des expériences vécues et des vérités sociales du monde réel dans l’espace virtuel acquiert une signification particulière et montre à quel point les utilisateurs sont connectés aux espaces virtuels, qui dessinent des foyers qui hébergent des réalités palpables faisant sens dans leur univers vécu.

Facebook est un bon exemple de cette tendance, car certains groupes et pages se créent et se hissent en haut du fil technodiscursif de ce réseau social pour mettre en mots, en images, en émojis ou en gifs… les maux du monde et les exprimer sur l’écran. Chacun intervient sur ces groupes et pages pour montrer, raconter son expérience personnelle ou collective, ou dessiner l’image de soi ou de l’autre, ou du monde, en questionnant les normes, les stéréotypes ou les tabous dans un langage ludique ou parfois provoquant et déviant. Dans ce tourbillon technodiscursif qui questionne et bouscule l’ordre des choses, déclenché par les pages et groupes Facebook, les utilisateurs ne se privent même pas de critiquer une partie de cette réalité qui touche aux noms propres qui structurent les objets du monde et individualisent les êtres qui l’habitent, en particulier les noms de lieux populaires et/ou officiels.

C’est dans ce contexte particulier qu’un récent statut publié sur la page “Je” portant sur les noms de lieux insolites en Algérie a suscité énormément de réactions, vu le nombre élevé de commentaires postés. Dans l’espace commentaire de ce technodiscours qui invite les abonnés de la page à fournir les noms étranges qu’ils connaissent au sein de leur ville, on y lit des discours sur les noms de lieux qui transparaissent des représentations onomastiques. Alors, quelles perceptions véhiculent le discours numérique des abonnés de la page Je sur les toponymes populaires algériens ? Sous quelles formes ces perceptions des noms de lieux insolites se manifestent-elles dans les énonciations secondes de ces abonnés ? Quelles ressources linguistiques et sémiotiques sont mobilisées dans leurs discours sur les toponymes insolites ? Comment les internautes algériens utilisent-ils les toponymes bizarres pour exprimer leur opinion sur les lieux associés à ces toponymes ? Quel est le niveau de connaissance des internautes algériens sur les toponymes bizarres non officiels dans leur pays ? Qu’apporterai l’étude des discours sur les toponymes inhabituels dans l’espace commentaire de la page Je ?

Sur la page Je – considérée comme une tribune sous forme de journal intime qui donne la parole au « Je » pour s’exprimer- le discours sur les toponymes populaires y sont manifestement convoqués avec dérision dans une multitude de langues. Nous émettons l’hypothèse que les représentations territoriales sont hétérogènes et que la perception des noms insolites différent selon l’origine géographique, les groupes sociaux, la culture et l’histoire de ces derniers. À cette dernière hypothèse, nous pensons que l’expression sur les noms bizarres en commentaire en réaction au technodiscours initiale de Je exploite les ressources techno-sémiotiques et scripturales de l’interface de Facebook (émoticônes, gifs animés et non animés, photos, hashtags…) puisque ces derniers constituent des composants inhérents de l’écriture numérique propulsée par les technologies discursives. En outre, nous supposons que travailler sur les discours numériques autour de la question des toponymes inhabituels pourrait mettre en évidence les pratiques technolangagières des jeunes sur Facebook, et ce à travers la diversité d’écriture des commentaires résultant de choix linguistiques et graphiques. De plus s’intéresser aux discours numériques des internautes algériens à l’égard des toponymes bizarres peut aider à comprendre la façon dont ces utilisateurs perçoivent et parlent de ces lieux inhabituels sur les réseaux sociaux et autres plateformes en ligne. Cela peut fournir des informations sur les attitudes, les perceptions et les opinions des gens à l’égard de ces lieux, ainsi que sur les thèmes récurrents et les tendances qui émergent dans leurs discours. Ces informations peuvent être utiles pour différents objectifs, tels que l’analyse de la perception publique d’une région ou d’un lieu en particulier, la compréhension de l’influence des médias sociaux sur les opinions des gens, ou la recherche sur les tendances linguistiques et culturelles liées aux toponymes. Enfin, travailler sur les discours numériques des internautes à l’égard des toponymes bizarres peut également aider à enrichir les études sur la géographie culturelle et la toponymie, en fournissant une vision contemporaine et en ligne des toponymes étonnants et étranges.

Pour ce faire, nous allons de prime à bord, présenter les données multimodales constituant un corpus numérique hétérogène qui servira à cette étude et les verrous méthodologiques, éthiques qui interviennent dans sa constitution et son traitement, étant donné l’instabilité et la mixité des données issues du web social. Et après avoir présenté notre corpus, nous allons analyser le contenu des discours sur les toponymes en mettant l’accent sur les deux paradigmes humour et mémoire qui caractérisent l’énonciation des chaines commentaires.

  1. Le corpus d’étude sur Facebook. De quelques précisions méthodologiques et éthiques

Notre corpus d’étude est constitué de commentaires d’un technodiscours posté sur la page Je dans l’environnement numérique natif : Facebook. Cette page a été choisie pour son succès sur Facebook et l’accentuation de la participation des jeunes internautes algériens autour de diverses publications qui y sont relayées. Le nombre de commentaires que drainent les technodiscours qu’y sont postés est un indice capital qui montre la popularité de cette page et son écho auprès des jeunes issus de la cybercommunauté algérienne de Facebook.

Notre corpus de commentaires forme donc une chaîne discursive ouverte et composite sur le web, ce qui nécessite l’utilisation d’une méthodologie particulière pour la collecte et le traitement des énoncés numériques. Il est important de souligner que notre corpus ne se compose pas seulement de données, mais plutôt d’observables qui doivent être étudiés dans leur environnement discursif, comme le préconise Paveau (2017 : 70) dans sa méthode “écologique”.

Toutefois, l’utilisation de données numériques soulève des questions éthiques importantes, notamment en ce qui concerne la confidentialité et l’anonymat des contributeurs. Les chercheurs qui exploitent les données du web social doivent s’assurer que les données sont scientifiquement valables et acceptables, tout en protégeant la vie privée des contributeurs en préservant leur identité.

Afin de garantir un traitement méthodologique et éthique de notre corpus, nous avons extrait les commentaires de leur environnement numérique natif à l’aide du logiciel NCapture. Les commentaires ont ensuite été exportés vers un autre environnement technologique numérique, tel que Word, afin de préserver leur forme originale telle qu’elle apparaît sur Facebook. Une capture d’écran de la page Facebook en format PDF a été réalisée à l’aide du logiciel NCapture pour illustrer le contenu de la page. (voir infra)

Dans la phase qui suit l’extraction, une deuxième étape appelée prétraitement consiste à enlever les éléments extralangagiers des commentaires tels que les émoticônes, les avatars et les pseudonymes, pour ne garder que les énoncés bruts. Cependant, cette démarche ne sera pas appliquée à notre corpus car nous adoptons une conception post-dualiste (Paveau 2013) où la matérialité technique et sémiotique des commentaires est indissociable de leur discours et apporte du sens. Ainsi, la phase de prétraitement se limitera à l’anonymisation des textes de commentaires qui seront présentés à titre illustratif dans cet article. Chaque commentaire ou chaîne de commentaires sera présenté anonymement sous l’entrée C, c’est- à- dire commentaire accompagnée d’un petit chiffre sous la ligne de lettre C (exemple C1), en suivant une organisation linéaire selon les sujets évoqués, les modalités invoquées et les ressources techno-sémiolinguistiques et discursives manifestées.

Notre posture épistémologique et méthodologique est ancrée dans la perspective poste-dualiste et écologique du discours numérique natif. Il s’appuie en principe sur les épistèmes de la nouvelle théorie du discours numérique formulée par Marie- Anne Paveau (2017). Cette théorie intègre les objets extérieurs à la langue dans l’analyse à proprement dit. Cela dit, les discours localisés dans la sphère numérique dite native (connectée) à l’image des réseaux sociaux numériques ont la particularité d’être hybrides, intégrant d’autres matérialités techno-sémiotiques co-constitutives de ces discours : à l’exemple des liens hypertextuels et des hashtags, des émoticônes, émojis, images, gifs, etc. 

En résumé, l’approche d’analyse du discours numérique qui se concentre sur l’analyse des données collectées en ligne choisie dans cette étude, consiste à examiner le contenu et la forme du discours pour en extraire des informations sur les intentions et les opinions des internautes. Elle est résumée ainsi : 

Collecte de données : il est important de collecter un grand nombre de données sur la page Facebook “Je” pour obtenir une image claire des toponymes insolites utilisés par les internautes algériens. 

Analyse du contenu : il est important d’analyser les commentaires et les publications associés à chaque toponyme insolite pour comprendre les opinions et les intentions des internautes. Nous pouvons utiliser des méthodes telles que l’analyse des thèmes et des sentiments pour obtenir des informations sur les perceptions des internautes.

Analyse de tonalité: pour comprendre les tonalités des commentaires des internautes, vous pouvez utiliser une analyse de tonalité pour identifier les commentaires qui sont sarcastiques, humoristiques, sérieux, etc.

Analyse de la forme : il est également important d’analyser la forme du discours, telle que la longueur du message, la présence d’abréviations, d’emojis, etc., pour comprendre les attitudes et les opinions des internautes.

En utilisant une approche d’analyse du discours numérique, nous pouvons obtenir une vue complète des toponymes insolites utilisés par les internautes algériens sur la page Facebook “Je”. Nous pouvons également en comprendre les significations et les raisons d’utilisation, ce qui peut nous aider à mieux comprendre les opinions et les attitudes des internautes algériens.

2. Présentation et description du corpus

Dans son article sur ce qui s’écrit en ligne, Paveau M-A précise que « (…) l’écriture numérique est potentiellement, et de plus en plus fréquemment, plurisémiotique puisque les écritures numériques natives sont composites, co-articulant image fixe ou animée et parfois son » (2019 : 13). Les commentaires en tant que “écrits d’écran”

donnent à voir (ou à lire) des formes linguistiques émergentes, et font circuler des attitudes et des représentations envers les ressources mobilisés, les formes rejetés, les langues et les graphies choisies et ainsi que le contenu informationnel. De surcroît nous dirons qu’il s’agit de multi-énonciations induites par le dispositif sémio-technique (Escande-Gauqié 2019) propre aux RSN. 

(Ali Bencherif, 2022 : 102)

D’où notamment notre intérêt à l’étude des commentaires sur les toponymes biscornus et leur exploitations comme discours d’escorte sous-tendant le texte premier qui permettent à celui-ci d‘exister et de circuler (Calabrese, 2019 : 19).

Pour ainsi dire, les commentaires sont des « technodiscours seconds » (Paveau, 2017) qui s’agrippent au technodiscours premier formant un fil discursif ininterrompu caractérisé par une hétérogénéité énonciative et technosémiotique et interactionnelle. La dimension relationnelle et augmentable (Paveau 2017) des discours en ligne font que les commentaires s’étendent par d’autres commentaires, c’est-à-dire des réponses aux commentaires comptabilisés par l’interface. Les textes de commentaires et de réponses aux commentaires avoisines les 3140 commentaires recueillis que l’on a regroupé en deux catégories : commentaires technoscripturaux linéaires et délinéaires. Nous entendons par commentaires technoscripturaux linaires, des commentaires qui sont d’ordre textuels, non composites se présentant sans matérialités extralangagières (émoticônes, hashtags, images, liens hypertextuels…). Tandis que les commentaires délinéaires sont ceux qui entremêlent le textuel avec le paralangagier (images, émojis, ….) et le technologique (liens hypertextuels…). Cette dernière catégorie est la plus répondue constituant la majorité des commentaires collectés. A cette catégorie de commentaires, nous ajoutons les commentaires interactifs ou dialogique, c’est- à-dire les commentaires suscitant d’autres réponses au point de former une chaine interactive. Et les commentaires non-interactifs ou monologiques se réfèrent aux commentaires qui n’ont pas suscité d’autres réactions, c’est-à-dire des réponses de d’autres commentateurs de la publication. Les données sont présentées comme suit :

Types de commentairesNombreTotal
Commentaires non-interactifs1014  3140
Commentaires interactifs2126

La prise en compte des « Commentaires interactifs » est très importante car ce sont des discours qui, à partir de nos observations de la chaîne de commentaires du corpus, viennent compléter et donner d’autres toponymes saugrenus et/ou des informations sur le nom inhabituel affublé en commentaire. Ces informations sont axées entre autres sur la véritable ou potentielle signification du toponyme en question et sur l’histoire du lieu et du nom choisi en général. Des discussions se déployant d’ailleurs sur le registre de l’humour sont ainsi déclenchées pour échanger autour de la vie du toponyme (récit dénominatif) entre les participants (i.e. les abonnés de la page). Signalant entre autres que les commentaires du corpus présentent des régularités où l’on remarque quelquefois que certains commentaires se limitent à l’annonce du toponyme saugrenu que les utilisateurs connaissent, tandis que d’autres sont mis en discours livrant leur récit toponymique et d’autres qui ne sont que des renvois à d’autres contacts, c’est à-dire des mentions aux amis Facebook.

3. Vers une étude des discours des utilisateurs sur Facebook : l’exemple des toponymes portés en commentaire

 

Comme nous pouvons le voir dans ce technodiscours, c’est la nomination officielle et/ou officieuse dont il est question. La première est une nomination officielle dite de décision du ressort de l’état et des commissions de toponymie. La seconde, en revanche, est dite populaire, issue d’usage courant no-officiel, exprimée dans les langues algériennes (daridja, berbères, français.…). Celle-ci est « […] le produit (attribution-usage) des sociétés, ils relèvent des langues, du linguistique, et ils servent à désigner des lieux et relèvent ainsi du spatial, de l’urbain. » (Merbouh, 2011 : 128). Ils sont pour ainsi dire révélateurs des particularités linguistiques de la société algériennes et des usages que cette dernière en fait. Ce type de noms de lieux qui est la toponymie populaire représente un intérêt capital dans la mesure où elle constitue

[…] un reflet profondément humain, parfois pittoresque et savoureux de l’esprit des habitants d’un lieu donné. Ensuite, nommer un lieu revient à l’identifier et à le caractériser. Ainsi, ces noms contribuent à l’orientation et au positionnement du locuteur non seulement dans l’espace géographique, mais également dans l’espace social et culturel qui est le sien. De même, la connaissance partagée de noms populaires crée, exprime et soutient un sentiment d’appartenance à un groupe. On se reconnaît l’un l’autre au travers des mêmes noms. En effet, ceux-ci sont ressentis comme plus authentiques, parce qu’enracinés dans un vécu commun et une mentalité collective. (Steffens, 2007).

Les noms de lieux géographiques (villages, cités, rues, quartiers, villes…) exposés dans l’espace commentaire ont en commun leur trait insolites et saugrenu qui appartiennent à une nomenclature dénominative hétérogène qui regroupe les noms de lieux populaires et les noms officiels. Les noms populaires sont ceux qui :

– se superposent aux désignations toponymiques officielles, dans ce cas il s’agit pour nous de (sur)nom de lieux ;

– catégorisent un lieu parmi tant d’autres en raison d’un anonymat toponymique officiel, c’est-à-dire affubler une désignation nouvelle par une communauté sociale à un lieu urbain, à une cité …qui n’a pas été jusqu’ici dénommé par les services compétents municipaux. Et l’exemple le plus frappant est l’odonyme d’usage Cité Zedma (littéralement cité squattée) il s’agit d’une nouvelle cité construite par l’état dont les appartements n’étaient pas encore distribués à cette époque-là, alors des gens les ont squatté, c’est ce qui a donné la cité des squatteurs. Ce genre de dénominations est antérieure à la dénomination officielle, elles sont ancrées dans les pratiques communicationnelles transmises par l’oralité comme les autres cultures populaires.

En effet, ce technodiscours qui implique en retour des actes de langage en commentaire, ne vise pas seulement à amener les usagers à donner des (sur)noms de lieux, mais il met également en épreuve leur « compétence toponymique » (Pons, 2013), c’est -à- dire les connaissances que les abonés algériens ont des noms et leurs relations avec les environnements qu’ils désignent. Alors les abonnées de la page Je comme le montre la capture d’écran, ne se limitent pas à livrer les noms saugrenus qu’ils connaissent mais livrer le côté anecdotiques qui motive telles dénominations, leurs significations et montrer la quasi/non référence de ces noms avec l’espace qu’il réfère. Que racontent ces utilisateurs de ces noms insolites ? Et comment les racontent-ils ? Et que leur disent ces noms ? Estiment-ils dans leur discours, que ces noms ont une référence directe avec l’environnement auquel ils désignent ?

3.1. Les noms propres de lieux populaires insolites exprimés à l’écran : entre humour, mémoire et désarroi

De nombreux toponymes captivent notre curiosité lorsque nous les percevons perchés sur un plaque routière ou à l’entrée d’une ville ou quand ils sont prononcés. Ils nous appâtent par leur sonorité inhabituelle et leur humour. Cette singularité les fait graver à l’esprit de ceux qui les croisent car ils ne les laissent pas indifférents. La réminiscence toponymique surgit alors à l’évocation des noms exceptionnels. Ainsi, la plupart des discours exprimés en commentaire par les utilisateurs sur les toponymes dans la page Je brosse les noms de lieux qu’ils connaissent ou ils ont pu croisés, et ce dans un registre humoristique à l’exemple de : Je m’en fou ; cité Renault ; Quartier haloufa ; Cité hram 3likom ; Cité zedma ; boumati ; chelghom ; Houche el makhfi, etc. En effet, certains commentateurs évoquent d’autres noms avec dérision flagrante en faisant référence à une dénomination qui se prête à rire puisque elle n’a rien avoir avec le nom qu’elle désigne (L’exemple du toponyme Souq Dubaï « Marché Dubaï » et Cité Madrid dans le C1 etC2). Dans un autre commentaire, toujours dans le même registre, l’internaute trouve la dénomination qu’elle cite (Cité zedma) plus drôle en arabe classique الهجوم حي (Cf. C3)

C1 etC2

C3

La dérision à l’égard des noms de lieux inhabituels se manifeste dans les énonciations C et C2 par le biais de la modalisation indiquant ostensiblement l’attitude des sujets utilisateurs. Il s’agit donc de signes iconiques imitant les mimiques faciales (émoticônes, émojis) et graphique (expression du rire par une succession de h). « Il est évident que l’émoticône joue un rôle fort dans l’ancrage énonciatif du locuteur, puisqu’elle est toujours l’indice de l’émotion ou de la subjectivité du locuteur, elle inscrit nécessairement ce dernier de façon forte, en montrant sa présence explicite de sujet éprouvant, dans son discours. » (Halté, 2016 en ligne). L’émoji du rire dans la plus part des commentaires que nous avons passés en revue précèdent les toponymes inhabituels cités. Il marque l’attitude subjective qu’il porte du nom qu’il évoque dans son énoncé, commentaire, en d’autres termes. Parallèlement, il donne la représentation que le sujet a construit de l’objet, c’est -à dire du nom de lieux saugrenue. Dans les deux commentaires qui suivent (C4 et C5) les émojis apparaissent en fin d’énoncés, ils énoncent que le commentateur est rieur des toponymes, ce que les énoncés en eux-mêmes ne disent pas.

C4 et C5

Ces ressources expressives comme modalité iconique et/ou graphique sont des paradigmes techno-sémiotiques signifiants qui comblent ce manque manifeste du corps (notamment l’absence d’indications données par l’intonation, les expressions faciales : les soupirs, les rires…) aident dans l’interprétation des commentaires, renforcent, précisent et nuancent ceux-ci. La modalité iconique est conviée dans les discours sur les noms de lieux biscornus, comme l’illustre le commentaire ci-dessus (C6) figurant la plaque routière indiquant le nom de son village « Tighilt N Seksu » signifiant la « vallée du couscous » :

En plus du registre satirique et des modalités sémio-énonciatifs qui accompagnes ces énonciations secondaires, il est à noter que c’est justement la référentialité du nom avec le lieu qu’il réfère qui est mise en dérision à travers certaines expressions décelées dans les exemples en gras qui montre nettement qu’aucun lien directe et évident avec la dénomination citée :

[…] On y trouve tout .. sauf Dubaï      (C1)

[…] C tout sauf à Madrid      (C4)

Madrid a gué de Constantine elle est tout sauf Madrid   (C2)

[…]  Aire de France li mafihech riht la France (trad. Aire de France dans laquelle il n’a pas d’odeur de la France)        (C5)

L’écart référentiel exprimé par humour dans les commentaires met en scène l’incompréhension par la communauté discursive de Je des stratégies dénominatives non motivées mise en place. Ceux-ci par analogie, expriment une inadéquation morphologique du toponyme cité et le lieu qu’il indique avec le véritable Dubaï, Madrid, la France.

Le côté risible du nom évoqué en commentaire est certes patent mais son évocation chez certains remontent des souvenirs rattachés aux personnes, aux évènements qui ont germés dans ce lieu. Certains citent les ravages du terrorisme (Cf. C1, C9 et C10), du colonialisme (Cf. C8), les souvenirs d’enfances et des grands parents (Cf. C9) :

C7

C8

C9

C10

Sur ce poste sur les toponymes bizarres, on y décèle de nombreuses mentions[1] personnelles, chacun identifiant ses amis dans un commentaire ou dans une réponse à un commentaire afin de l’impliquer dans la conversation ou de lui remémorer des souvenirs ou des moments appréciés vécues en cet endroit comme l’illustre les discours ci-dessous :

Alors les toponymes quel qu’ils soient son porteur d’histoire et chargé de mémoire. Ils structurent l’espace de vie et le catégorise parmi tant d’autres. Les toponymes Hawch el Makhfi, La Suisse et bien d’autres ont pris leur source dans cette horreur qui a marqué ces lieux. Par ailleurs, à travers le nom qu’il porte se dégage chez les individus un imaginaire toponymique qui se manifeste nettement dans le discours tel que l’on peut le voir dans le commentaire interactif ci-dessous :

Dans cette interaction en commentaire, un autre utilisateur qui réagit en répondant au commentaire du premier utilisateur sur le nom du quartier qu’il a mentionné en lui faisant réplique sur la face signifiante du nom de quartier. La représentation esthétique exprimée par le deuxième utilisateur puis confirmée par le premier estompe le caractère saugrenu de ce nom de quartier en le qualifiant de beau.

L’évocation d’un nom comme « désignateur risible » (Sadoudi, 2016) n’enchante pas certains abonnés en réagissant parfois sur un registre sceptique, insultant. C’est le cas d’un commentaire (cf. la chaine de commentaires ci-dessous) qui a suscité des réactions à chaud avec mentions systématiques au commentateur initial, rien qu’en évoquant le toponyme de Larbaa Ait Irathen, une ville du département de Tizi Ouzou en Kabylie. Ce toponyme s’est manifesté plus de cinq fois dans notre échantillon d’étude.

On remarque que certains internautes viennent répondre à l’utilisateur ayant affublé le toponyme en réaffirmant leur mécontentement puisque le nom en question n’a rien de bizarre, mais une simple provocation car ce lieux « Larbaa Ait Irathen » rappel un récent évènement, un drame qui a conduit au lynchage d’un homme non-natif de la région lors des feux de forêts survenus dans la région et dans toute la Kabylie en 2021. Ce genre d’énoncé s’apparente à ce que Paveau M-A appelle « commentaires-trolls » (2017 : 46-47) qui servent à perturber la conversation. La tonalité du commentaire toponymique semble avoir un effet sur le registre de réponses exprimées par les autres abonnés. Celles-ci prennent un registre sarcastique, d’autres ironiques et grossiers.

En plus des cas de noms insolites mis en dérision mentionnés précédemment, la perception et la compréhension de certains noms posent problème, car certains toponymes font référence au sacré ou au divin, comme le toponyme « Ain Allah », qui signifie « source d’eau ». Certains internautes interprètent mal ce nom en l’associant à l’expression « Œil de Dieu », ce qui peut être considéré comme inapproprié ou même offensant pour certains internautes. Ces derniers, d’après leurs commentaires illustrés ci-dessus disent même avoir honte de prononcer ce nom, car il touche à la religion et à la divinité.

  Il semblerait donc que les croyances jouent un rôle crucial dans la réception et la compréhension de certains noms de lieux comme dans les commentaires illustrés ci-dessus.

 

En conclusion 

Cette étude a révélé que les tonalités des commentaires exprimés par les internautes algériens en réaction au technodiscours premier publié sur la page Facebook Je sont pour la plupart humoristiques et sarcastiques. Par ailleurs, les commentaires des internautes algériens ont montrés une certaine insatisfaction ou un certain dégoût pour les toponymes bizarres et suggérer des alternatives plus appropriées. Aussi, nous avons pu constater l’influence de la culture, de la langue et des croyances populaires sur la réception, compréhension et perception des toponymes bizarres. De ce fait, les débats tenus sur les toponymes bizarres dans l’espace commentaire ont conduit à une meilleure compréhension de leur utilisation et de leur signification pour les internautes algériens.

A ne pas conclure que les quelques lignes que nous portons sur cette tribune ne sont que les prémices d’une réflexion sur un sujet qui, depuis toujours, nous fascine : les noms et les discours que ceux-ci véhiculent dans l’espace cyber/ urbain. Et l’espace numérique en est un bon catalyseur et observatoire de ces discours. Nous espérons développer ces premières notes de recherches dans un prochain papier en explorant davantage les discours numériques dans d’autres lieux technodiscursifs que les pages Facebook. Un tel engouement pour l’exploration des écrits d’écran qui touchent aux pratiques dénominatives pourrait nous apprendre des choses fortes intéressantes non seulement au sujet des usages des noms toponymiques et leurs enjeux technodiscursifs et technosociolinguistiques au sein de la communauté virtuelle algérienne. Mais ils peuvent aussi aider à comprendre la perception des gens sur un certain endroit ou une certaine région. Les commentaires en ligne peuvent refléter les attitudes, les préjugés et les stéréotypes qui existent à l’égard de ces endroits. Cette information peut être utilisée pour informer les politiques publiques, les efforts de marketing territorial et les décisions d’investissement. De plus, les toponymes sont souvent utilisés pour décrire et délimiter les espaces géographiques, mais ils peuvent également être utilisés pour construire des identités territoriales et renforcer les stéréotypes sociaux. En travaillant sur les discours numériques associés à ces toponymes, on peut comprendre comment les internautes utilisent les toponymes pour construire leur propre identité en ligne et comment cela peut influencer la perception des autres.

Ce sujet offre de perspectives intéressantes aux études linguistiques et onomastiques futures en prenant en ligne de mire la structure et la matérialité linguistique de ces noms exprimés dans les différents lieux technodiscursifs. Subséquemment, faire un relevé systématique des noms dans les commentaires écrits, nous permettra de rendre compte, d’un côté des usages dénominatifs populaires qui subsistent dans l’environnement réel des utilisateurs et leur survivance ou moins dans la mémoire discursive. Et de l’autre côté, analyser ces noms de lieux populaires vu leur caractère insolite, suivant la perspective de la morphologie lexicale et de la sémantique référentielle en établissant une taxinomie des toponymes populaires émanant de l’oralité mis en commentaire. La compréhension du mécanisme linguistique permettra de saisir significativement le degré de créativité et le processus dénominatif mis en place par la société. Par ailleurs, vu l’intérêt manifeste pour la recherche sur la seule toponymie officielle, et le regain d’intérêt manifesté pour la toponymie populaire, une étude par questionnaire sur la connaissance et l’utilisation de noms populaires liés à certaines villes algériennes, en interrogeant au gré de multiples rencontres une série de témoins est souhaitée voire nécessaire pour palier ce manque de recherches relatives aux usages communs des désignations de lieux comme stratégies mobilisées dans le marquage et l’appropriation du territoire.

Références bibliographiques 

Ali-Bencherif, M. Z., & Mahieddine, A. (Eds.). (2022). Langues, discours et identités au prisme des réseaux sociaux numériques. Proximités Sociolinguistique et langue française.

Calabrese, L. (2019). Le commentaire : continuités et mutations d’un outil au service de la lecture et de l’écriture. Le discours et la langue, 112, 7-29.

Halté, P. (2016). Enjeux pragmatiques et sémiotiques de l’étude des émoticônes. Réseaux, 197-198, 227-252. URL : https://doi.org/10.3917/res.197.0227

Merbouh, H. (2011). Toponymes urbains à Sidi Bel Abbès-ville (Algérie) : usages, représentations et identités sociolinguistiques. Nouvelle revue d’onomastique, 53(1), 127-141. URL : https://www.persee.fr/doc/onoma_0755-7752_2011_num_53_1_1729

Paveau, M. A. (2013). Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique. Epistémè: revue internationale de sciences humaines et sociales appliquées, 9, 139-176. URL : https://hal.science/hal-00859064/document

Paveau, M. A. (2017). L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques. Hermann.

Pons, A. (2013). La compétence des noms de lieux comme clé pour lire la perception de l’espace des habitants de Villar Perosa. Géolinguistique, (14), 35-56. https://doi.org/10.4000/geolinguistique.816

Sadoudi, O., & Mebarek, T. (2016). Le nom propre comme indicateur risible. Revue algérienne des sciences du langage RASDL, (1), 6-22. URL : https://www.asjp.cerist.dz/en/article/7021

Simon, Justine, Magali Bigey et al. (2017). « Identifier et analyser les discours d’escorte sur Twitter. L’influence des discoursd’accompagnement sur le partage social ». Dans Corpus de communication médiée par les réseaux. Construction, structuration, analyse, édité parCiara R. Wigham et Gudrun Ledegen, 51-70. Paris : L’Harmattan.

Steffens, S. (2007). La toponymie populaire urbaine hier et aujourd’hui. Le cas de Molenbeek-Saint-Jean. Brussels Studies. La revue scientifique pour les recherches sur Bruxelles/Het wetenschappelijk tijdschrift voor onderzoek over Brussel/The Journal of Research on Brussels. URL : https://journals.openedition.org/brussels/441


Notes

[1] Les mentions ont une fonction interpellative, qui selon Simon Justine et Magali Bigey (2018 : 66) constituent : « des procédés technodiscursif relevant d’une volonté d’interaction réelle avec le public visé ».

 


Référence électronique

Bourdache A., 2023, « Des noms et des discours sur le web social. Eléments d’analyse technodiscursive », Dislanso : Discours, langue et société [Carnet de recherche], en ligne https://lesms.hypotheses.org/2276, consulté le…


AUTEUR

Achour Bourdache

Département de langue et littérature françaises, laboratoire LESMS, Université A. Mira. Bejaia, Algérie

E-mail: achour.bourdache@univ-bejaia.dz

Articles du même auteur

Le décors, un technographisme véhiculant une énonciation matérielle visuelle sur Facebook. Description techno-sémiolinguistique et discursive des formes et pratiques [Texte intégral]                           

Paru dans Langues & Usages,  5| 2022                                                                                                                                        

DROITS D’AUTEUR

 

 


 

 

Dislanso [Discours, langue et société] est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International



Citer ce billet
Achour Bourdache (2023, 21 janvier). Des noms et des discours sur le web social. Éléments d’analyse technodiscursive. Discours, Langue et Société. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quoe

Achour Bourdache

Docteur en Sciences du langage à l'université de Bejaia (Algérie). Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les discours numériques natifs en privilégiant des perspectives écologiques et interdisciplinaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search