Identité pseudonyme

  1. Pseudonymie : Essai de définition

L’autonymie, connue sous le nom de « pseudonymat », est une pratique très ancienne puisque ses racines remontent à l’époque antique et médiévale. Elle n’est récente que par le nom. Le pseudonymat, autrefois, était réservée uniquement à une frange de professionnels à l’instar des artistes et des hommes de lettres. Plusieurs auteurs du XIXème et XXème siècle ont choisi d’écrire sous un «nom de plume », ainsi  le nom  « Voltaire» se rapporte à Marie Arouet, «Gerard Labrunie » à Gerard de Nerval, «Alcofribas Nasier » à François Rebelais, « Stendhal » à Henré Beyle, « Jean Dieral » à Edouard Lévy, «Moliière » à Jean-Baptist  et  « Romain Gary, Emile Ajar, Fosco Sinibaldi, Shatan Bogat » à Romain Kacew , etc. Par ailleurs, moult œuvres littéraires se rapportent à des femmes écrivaines ayant choisi d’écrire sous un pseudonyme masculin et des hommes écrivains qui signaient sous pseudonyme féminin ; par exemple « Yasmina khadra » pseudonyme de Mohammed Moulessehoul, homme écrivain algérien et « George Sand » pseudonyme d’Aurore Dupin, femme écrivaine française. On citera l’écrivain et poète hétéronymes portugais, Fernando Pessoa qui publia une énorme collection littéraire sous soixante-douze signatures auctoriales différentes. Tous ces auteurs ont signé leurs œuvres sous un autre nom que leur nom légal dont l’unique souci est d’instaurer une sorte de district entre l’activité professionnelle, l’écriture, et la vie sociale et privé des auteurs.    

Qu’est-ce qu’un pseudonyme ?

Une foultitude de définitions ont été attribués au pseudonymat qui ont toute en commun l’affirmation du masquage de l’identité. Ainsi le «  Pseudo  »  signifie  selon  le  dictionnaire  le  ROBERT  en  grec  pseudès,  c’est-à dire  menteur,  selon  un  auteur  pseudo  signifie  «  élément  qui  indique généralement une  désignation  impropre  ou  approximative  ».

 Selon  le  dictionnaire  le  Petit  LAROUSSE  ILLUSTRE  le  pseudonyme  est  «  un nom  d’emprunt  choisi  par  quelqu’un  (notamment  un  écrivain  ou  un  artiste)  pour dissimuler  son  identité.  Pour Paveau   : « le pseudonyme est le choix par un individu d’un autre nom que le sien, quasiment toujours choisi, pour des raisons variées qui ont tout en commun le masquage de l’identité officielle » (Paveau 2015).

 Qu’en est-il du pseudonyme sur les écosystèmes connectés ?

Nous définissons le pseudonymat comme étant un acte par lequel un individu choisi volontairement un nom qui le désigne et l’identifie auprès des autres utilisateurs d’Internet. Pour Foucault le pseudonyme est « nom fait à plaisir». Pour Martin le « faux ».

 Le pseudonyme, comme le montre la figure ci-dessous, est le noyau central inhérent à la structure profilaire sur les plateformes numériques. Il n’est qu’un trait de l’identité-écran, une donnée profilaire, auto-nominative, créée spécialement pour que le sujet s’intègre dans la communauté virtuelle. Le pseudonyme est « comme un moyen de reconnaissance et d’appartenance à une communauté : connaître pour reconnaître ». (Mell 2015).

Dans l’ensemble des traces numériques, le pseudonyme ne serait qu’une infime représentation plus ou moins caricatural, informe d’un «Soi» façonné pour l’autre. C’est un processus de mise en mot d’une identité, d’un vécu, d’un état psychique. Il est de ce fait un procédé auto-nominatif, choisi et fantaisiste qui parle de soi. Une identité de substitution, révélatrice et narratrice de soi.

 Le procédé auto-nominatif est une identité 2.0 s’inscrivant dans un schéma auto-nominatif complexe. Ce type de nomination ne correspond pas au système de nomination actuel. Une nomination qui peut être une mise en scène particulière de soi. Elle peut être changée, modifiée, tronquée, voire même effacée.

2. Les caractéristiques du pseudonyme

Un désignateur auto-attribué

Dans cette nouvelle conjecture, il y a lieu de signaler l’incompatibilité entre identité en ligne et hors ligne puisque la seconde est spontanée et ne correspond nullement à l’identité véritable. L’identité pseudonyme demeure le lieu d’une création, d’une innovation ou de recréation différente de la nomination officielle. Cette dernière est subie ou reçue alors le procédé auto-nominatif comme son nom l’indique est auto-attribué. En d’autres termes c’est l’usager qui se nomme et s’auto-désigne par X et s’assume autant que tel.

Un désignateur auto-choisi

En comparaison avec les autres types de nomination, à l’exception des anthroponymes, les surnoms et les patronymes qui ne sont pas choisis mais subies et reçus par son propre entourage. Le pseudonyme avec son caractère auto-attribué est systématiquement choisi et son auto-attribution n’est guère arbitraire mais plutôt fantaisiste.

Un désignateur contingent et évolutif

Un bon nombre de travaux sur l’identité pseudonyme en ligne ont affirmé son caractère pérenne et stable (Anis 2001, Béliard 2009, Cislaru 2009 et Martin 2006, 2012). Cependant ce caractère pérenne ne concerne que les dispositifs asynchrones à l’instar des forums, des messageries électroniques et des sites de rencontres. Mais avec l’avènement des réseaux socionuméques, les procédés auto-nominatifs de par leur structure complexe, sont devenues des identifiants contingent autrement dit non-permanant, souples ou vivant pour reprendre l’expression de Paveau (2015). Cette caractéristique est propre aux dispositifs synchrones tels que Facebook et Twitter. Les dispositifs synchrones comme Facebook permettent aux usagers de changer de noms ou de nom de compte. L’identifiant de ce fait peut ne pas correspondre au nom véritable de l’usager. Cette disposition ou fonctionnalité à pour conséquences la prolifération des pseudonymes de facto n’est-elle pas contradictoire avec la politique du varuim nomen adopté par le réseau Facebook? Le pseudonyme ne survit pas du moment que l’usager a toujours la possibilité d’en changer ou d’en créer un autre à sa guise.

Un désignateur singulier

La singularité du procédé auto-nominatif demeure une caractéristique tant évoqué dans un bon nombre de travaux qui ont pour terrain les dispositifs asynchrones. Le pseudonyme est un identifiant unique puisque il est le fruit d’une création. Cette singularité n’est pas du seulement à l’imagination et la créativité des usagers d’Internet. Mais aussi à la «fluidité du sémantisme environnemental » (Paveau, 2015) puisque le système ne permet ou ne prend pas en charge l’homonymie. Dès que le système détecte lors de la procédure de création de compte une forme qui ressemble au pseudonyme nouvellement créer, le système vous fera savoir que cet identifiant est déjà pris et il vous en proposera quelques variantes pour en choisir un. De facto le pseudonyme sur les dispositifs asynchrones tel que les forums ne doit en aucun avoir une autre forme identique car l’homographie est bannie. Cependant cette singularité est à discuter puisque certains réseaux socionumériques prennent en charge l’homonymie à l’instar de Facebook car les procédures réglementaires d’identification de celui-ci stipulent l’usage du varuim nomen. Sur Facebook on peut avoir des milliers d’abonnés qui s’y sont inscrit sous un nom identique. Le pseudonyme dans ce cas-là n’est pas un désignateur unique.

3. Types de pseudonymes

Nous distinguons trois types de procédé auto-nominatif ou d’identité pseudonymique.

  • Procédé auto-nominatif en ligne en rapport à l’identité officielle 

Correspond indubitablement à l’identité véritable de l’usager comme dans la copie d’écran.

Capture d’écran depuis le profil Pseudonymie Thèse, 6/12/2018.

  • Procédé auto-nominatif en ligne en rapport à une identité quasi-officielle

Identité pseudonyme en ligne quasi-révélée est une auto-nomination qui peut contenir une des composants de l’identité officielle de l’usager : le nom ou le prénom. Ou un signe en rapport avec l’origine ethno-socioculturelle, la profession, etc…

Capture d’écran depuis le profil Pseudonymie Thèse, 6/12/2018.

  • Procédé auto-nominatif en ligne à caractère cryptonymique

L’Identité cryptonymique du sujet-utilisateur ne correspond aucunement à son identité légale. Le pseudonyme cryptonymique est une identité de substitution qui brouille les frontières entre ce qui est officiel, privé, sociale et de ce qui ne l’est pas. Une stratégie de recréation ou de camouflage identitaire. Il est devenu avec la multiplication des dispositifs socionumérique une pratique courante et ordinaire. L’identité cryptonymique est une fausse identité, un « falsum nomen », souvent crée ou emprunté. Elle se présente généralement sous forme de dénominations prestigieuses telles : les noms d’acteurs de cinémas, noms de footballeurs très célèbres ou quasiment des expressions, des énoncés ou sous forme brèves et hermétique. Nous distinguons trois types d’identité cryptonymique :

  • Identité cryptonymique nominal : pseudonyme inventé ou usurpé qui se présente généralement selon le model « prénom + nom » ou inversement.
  • Identité cryptonymique semi-nominal : usage de l’une des composants de l’identité civile juxtaposé d’une unité lexicale ou polylexicale « prénom/nom + une expansion»

 P.ex. Samir le Rebelle

  • Identité cryptonymique non nominal : elle correspond aux énoncés, expressions ou forme brèves « hermétique » comme le montre la capture d’écran ci-dessous :

Capture d’écran depuis le profil Pseudonymie Thèse, 6/12/2018.

Pour citer ce billet : Bourdache A., 25 août 2019, « Identité pseudonyme en ligne », Discours, Langue et Société [Carnet de recherche], https://lesms.hypotheses.org/173, consulté le…

Achour Bourdache

Enseignant associé & Doctorant en Sciences du langage à l'Université de Bejaia, Algérie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.