Pour une cartographie onomastique des pratiques auto-nominatives en ligne : l’exemple des pseudonymes sur les RSN

  • Particularités de la dénomination en ligne à travers un corpus choisi

Les procédés autonominatifs sont considérés comme « un type de nomination particulier» (Martin, 2012). Des nominations auto-attribuées qui tiennent « à l’individu et non à un ancêtre hypothétique. Souvent il s’y attache un fort élément humoristique, qui est loin d’être toujours de bon goût. Mais ainsi est faite la réalité, qui n’est ni idéale ni parfaite» (Madec, 1983). Ils sont perçus comme une «nomination subjective qui prend forme dans l’univers sociétal, psychique du sujet utilisateur mais le choix qu’en fait ce dernier n’est guère anodin, il est souvent motivé » (Bourdache, 2018). Les noms de comptes dans les environnements connectés échappent à l’ordre et aux contraintes sociales de la dénomination officieuses. Ils ne servent pas uniquement à s’inscrire ou à s’auto-désigné mais pour s’affirmer comme tel au sein de la société virtuelle :

«Qu’ils correspondent ou pas à l’identité civile de leurs utilisateurs, ces traces de présence illustrent des traits et des références culturelles des personnes qui y ont recours. Quoique non nécessairement cohérentes avec l’apparence quotidienne de leurs utilisateurs (mais quelle représentation peut espérer de l’être ?), elles restent d’un certain point de vue toujours authentiques. En choisissant un nom d’animal ou de personnage célèbre, les internautes veulent suggérer qu’ils partagent quelques qualités physiques avec ces derniers». (Casilli, 2012). 

Pour Cislaru le procédé autonominatif est :

1. un nom choisi, susceptible de rendre compte de certains « fantasmes » liés à la dénomination propre ;

2. un nom choisi, le plus souvent, dans le but de communiquer ;

3. corollairement, un pseudonyme est un avant-discours – au sens étymologique du terme – car souvent l’auto-nomination précède et prépare des productions discursives. (Cislaru, 2011)

La création onomastique telle qu’elle apparaît en ligne témoigne d’un choix minutieux des procédés autonominatifs et de l’esprit créatif des usagers d’Internet. Ces derniers ne font appel non seulement au registre courant des noms mais aussi à de nouvelles créations qui stimulent leur imagination. Nous présenterons ci-après, dans une optique sémasiologique et sans prétention exhaustive, les caractéristiques générales de la dénomination en ligne :

  1. La référence à l’identité civile et quasi-civile et/ou à la vie hors ligne 

Nous avons décelé dans notre corpus que la plupart des procédés autonominatifs recensés font indubitablement référence à l’identité véritable ou semi-véritable des utilisateurs algériens de Facebook et Twitter ; la référence à l’identité en ligne et hors line se manifeste comme suit :

  •    Dédoublement anthroponymique ou doublons anthroponymiques

EX 1 : [Prénom+ prénom]  

Ghilas Ghilas, Walid Walid, Reda Reda, Hanene Sara, Yacine Yacine, Sofiane Sofiane, Nasser Nasser, Hicham Redouane, Ramzi Ramzi, Møhâmdę Møhâmdê, Elyes Elyes, Ouafik Ouafik, Fahem Fahem, Abdennour Abdennour, Tarek Hocine, Moussa Moussaa

  • Juxtaposer au nom/prénom un élément existant dans le lexique général.

EX 2 : 

Lînä Charment, Zora La Fleur, Saddam L’infréquentable, Hamza Le PhénoMène

  • Juxtaposer au nom/prénom une autre nomination différente, empruntée au registre onomastique étranger (emprunt nominatif)

EX 3 : [Prénom + nom étranger]  

Moussa Cristiano, Nabil Gomez, Hamza Smith, Yacine Balboni, Amel Marinos, MouMen Dawson, Høüssāmē Ćøstà, Younes Jonas

  • Juxtaposer un nom de lieux au nom/prénom.

EX 4  : [Prénom+ toponyme]  

Malik Oran, Djamel Timezrit, Milissa Madrid, Adel Palermo, Samy Bougie, Ahcen Cherfa, Smail Madrid, Kader Oran Mohamed Tiaret, Tafat Bouira, Idris Jijel, Adjel Marseille, Moumouh Azeffoun, Şãmĩ Mãđřĩđ, Tahar Tassili, M’hand Tifra, Kamil Bejaia, Samir Béjaïa

  • Juxtaposer un acronyme au nom/prénom.

EX 5  : [Prénom+ acronyme]  

Abdrahmane Mca, Lamine Jsmb, Nasim Ess, Aymen Ess, Nadia Jsk, Ryad Jsk, Yacine Ess, Rahim Jsk, Kemel Jsk, Fethi Mca, Abdou Mca, Aymen Usmba, Rachid Ess, Ayobe Mca, Ramzi Jsk

  • Juxtaposer au prénom « un élément descriptif ou en accord avec la profession, l’origine ou quelques distinctions physiques ou de caractère » (Marques, 1993).

EX 6  : 

Ahlam Chawiya, Arezki Kabyle, Rãbãh Âmãzįghę, Lotfi Chanteur, Lînä Charment, Zora La Fleur, Saddam L’infréquentable

  • Juxtaposer au nom/prénom de caractères alphanumériques. Ces caractères sont dans la plupart des cas évocateurs, ils renvoient soit au nom de département, le mois, le jour ou l’année de naissance de l’internaute.

EX 7  : 

Amine235, Mounir 38, Nedjma 29, Rida 16123

2. L’appropriation ou l’emprunt dénominatif

Ré/appropriation de dénominations typiquement étrangères au registre onomastique local.  Et ce pour mieux se présenter en s’appropriant ou s’auto-attribuant la qualité de l’autre. Et le « je » devient ainsi l’autre.

EX  : [Prénom étranger + prénom étranger]  

Julio Escobar, Jack Daniel, Krystian Markowski, Lucius Apuleius, Med Podinco, René Descartes, Hugo Miringui, Furat Kazan, Fujy Kymymaro, Djönï Wãlkré, Héctor Anderia, Oñtônÿô Bôndîrâs

Le recours aux noms étrangers notamment aux dénominations prestigieuses comme les noms de marques ou les célébrités est très minime dans notre corpus.

Les pseudonymes prestigieux de par leur caractère cryptonymique impliquent mystification sur soi. Le « Je » s’approprie le nom de l’autre, ou créa carrément sa propre identité qui n’est reconnue que par la communauté virtuelle et ne prend vie ou existence que sur les écosystèmes numériques. Les pseudonymes Hugo Miringui ou Héctor Anderia ou Julio Escobar par exemple sont des autonominations sans état civile, choisies pour servir de « masques anthroponymiques »[1], des noms-masques usurpés ou inventés derrière lesquels le « Je » se cache et se fond. Pourquoi être un autre ? Cet autre qui est différent de moi peut être convoité en s’appropriant ses qualités et en empruntant son identité. Se nommer Jack Daniel est un choix conscient qui permet à la personne qui y fait recours de se perdre et de s’intégrer dans l’immense communauté d’internautes sans pour autant affiché son identité véritable. Les faux noms comme nous l’avons déjà énoncé fonctionnent comme des masques anthroponymiques au travers desquels le sujet éprouve la nécessité de s’y dissimulé et d’occulter une identité face au risque d’être démasqué. Les usagers qui font recours au masques anthroponymiques savent que communiquer sous leur identité véritable pourrai affecter leur intimité et se voir interdire certaines pratiques puisque seul le pseudonyme garantie la protection et la liberté et la parole individuelle. En ce sens, Josiane Jouët affirme :

L’emprunt de pseudonymes et le brouillage des repères sociaux libèrent la parole et l’expression des pulsions et des fantasmes amoureux et sexuels. […] De plus, l’anonymat et la protection de l’écran leur permettent d’aborder des […] inconnus et de séduire en toute impunité. (Jouët, 2003, 79).

Nous pouvons ajouter à la lumière de Florence Thiault que «les pseudonymes sont aussi des masques discursifs qui offrent la possibilité de s’exprimer librement en assurant une sécurité communicationnelle en ligne ». (Florence Thiault, 2016).  L’autonomination se révèle donc être problématique dans la mesure où les procédés auto-nominatifs permettent de mettre en exergue certains facettes de la réalité sociale et identitaire de l’internaute ou pour en dissimuler d’autres à l’aide des masques anthroponymiques, en devenant, de ce fait, une substance constitutive du faux et du réel en même temps.

3. La création

Les procédés auto-nominatifs tels qu’ils apparaissent en ligne témoignent de l’esprit créatif des usagers d’Internet. Ces derniers, par soucis de singularité font appel non seulement au registre courant des noms mais aussi à de nouvelles créations fruit de leur imagination. Ainsi les usagers d’Internet usent de divers procédés de formation comme le rajout, la vernalisation et la dislocation syllabique, etc et ce afin de créer de nouvelles formes auto-nominatives singulières. Nous présenterons ci-après les phénomènes qui illustrent notre échantillon accompagné de quelques exemples et motivations du choix d’un tel procédé :

  • La réduction ou le remaniement phonique et graphique de l’identifiant

EX 1 : 

Dénominations avec réduction
                  Dido Usmh                                        Fatima Fati
                  Kati juriste                                          Katia Kati
               Mouh le Rebelle                                          Moh Balaz

Source (Bourdache, 2018)

  • Usage de formes brèves : certains noms de compte sont réduits en simples abréviations.

EX 2 : 

Rad Rad (Radouane Radouane), Sam Ram, Mouh Boub.

  • Recours à la verlanisation
     Dénominations Verlanisation de
 Sofiane Fianso Sofiane Sofiane
Karim Rimka Karim Karim
Akcel Bylka Akcel Kabyle
Ya Ma Maya
Nel Ma Manel
Rim Ka Karim
Sofian Fianso Sofian Sofian
Bi Lar Larbi
Rah Nø Norah
Rimka Karim Karim Karim
Cal Fay Faycel
  • Recours au redoublement hypocoristique

EX 3 : 

Dénominations avec redoublement hypocoristique
Dadi Dadi Abdo Abdo Abdö
Fou Fou Didin Didin
Abdou Abdou Perco Perco
Pinou Pinou Badrou Badrou
Khàlido Khàlido Kiki Kiki
  • La syllabation ou la dislocation syllabique du nom/prénom est un jeu de mots, qui consiste à décomposer et séparer le nom ou le prénom de l’utilisateur en deux ou plusieurs syllabes. Procédé de plus en plus fréquent sur les dispositifs synchrone tel que Facebook. Les contraintes techniques instaurées par l’écosystème connecté et l’exigence aux nouveaux abonnés de l’utilisation de leurs varums nomens poussent l’utilisateur à disloquer son propre prénom/nom. Phénomène que nous qualifions de contournement des politiques du varums nomens, ou « détournement créatif des procédures réglementaires d’identification » (Merzeau, 2016).

EX 4 : 

     Dénominations Syllabation de
Ari Zki Arezki
Hã Cëne Hacene
Ka Der Kader
Ãÿ Mėn Aymen
Nabi La Nabila
Salim Ovic Salimovic
Fâr Øûk Farouk
Ad Ou Ane Adouane
Ÿåč Ïnę Yacine
  • Usage de «noms-phrases »[2] qui sont des syntagmes nominaux et expressions appartenant au registre commun de la langue comme nom de compte et ce pour diverses fins, plus souvent communicatives et discursives.

EX 5 : 

Mavie Pas de Chonse J’ãîmë Mã Käbïlįē
Lę Pêtït Drägøñ Le Triste Oiseau Denuit
Lã Pęrlę Nõįrę FleurDeLune
Deux Sang Treize J’aime Les Brunes
Espoir Faiit Vivre Bęst Bøy
C’est Ma Vie Privé  Mein Leben Ist Hart
Akvayli Ahrour (vrai Kabyle)   Bled Miki (pays de Mickey)
  • Autres particularités autonominatives relevées

En parallèle à ces créations, au maintien de la dénomination hors ligne et aux emprunts nominaux, une autre pratique autonominative se distingue nettement à l’écran : l’auto-désignation par un prénom uniquement. Prénoms seuls ou plus souvent syllabisés, non suivis de toute référence patronymique possible. Constat que nous avons soulevé dans l’un de nos travaux scientifiques sur le sujet. Nous avons pu déceler dans nos analyses que « l’utilisation du prénom dans le processus d’élaboration autonymique l’emporte sur celle du nom patronymique » (Bourdache, op cité). Ce qui prouve l’attachement particulier des usagers d’Internet à leurs prénoms et vouloir conserver entre autre une partie de leur identité officielle sans pour autant se dévoiler. Mais la question est l’identité véritable des usagers. Les prénoms seuls sont comme des «masques anthroponymiques» (Denjean, 2008) puisque ils ne suffisent pas à identifier leur porteur.

On notera, par ailleurs, des variations orthographiques très nombreuses. Les noms de comptes sont, au point de vue graphique, transcrits ou noter par des signes diacritiques sans changement majeure dans le signifié de ceux-ci. Pourquoi ce choix ? Donner au pseudonyme un effet esthétique probablement ? On notera également le rajout au final du prénom ou de l’identifiant d’éléments appartenant à un registre onomastique étranger notamment pour lui donner une belle sonorité. On cite le nom de Salim Ovic forme disloquée de Salimovic dont le mode de composition [prénom Salim + le suffixe de filiation –ovic] nous citons également Saidov Lam dontlaconstruction se dépeint au plan formel d’un prénom Said signifiant «joyeux» accompagné du morphème discontinu russe –ov.  Et bien d’autres exemples comme : Issam_issamovic, algeriano dz, Åbdøù Ûṥmisẗø, @moussavich, Malikovich, Algérieno, Tristô, Nadjetus, @Nadjetus. Nous remarquons dans les exemples ci-dessous que les usagers usent  du procédé de formation qui est le rajout et ce afin de créer de nouvelles formes auto-nominatives hybrides toute en veillant à la sauvegarde de la racine du nom/prénom et le rajout de la désinence ou de la marque morphologique flexionnelle d’origine latine, russe ou toute autre suffixe de filiation étranger.  Les autonymes Issam_issamovic, Malikovich, etc,ne sont-ils pas des créations ludiques rimant avec le modèle anthroponymique Ibrahimović un footballeur international suédois et bosnien ? Et algeriano dz, Åbdøù Ûṥmisẗø, Algérieno, Tristô créé par analogie en se basant sur le modèle anthroponymique espagnol, portugais et italien ? Et Nadjetus, @Nadjetus par analogie à l’anthroponyme Dahmanusnom d’un personnage d’une série algérienne très célèbre suivie par la majorité des Algériens et des Algériennes ? Nous décelons aussi des formes dérivées créées à partir d’acronymes faisant références à l’univers footballistique et politique, nous citons le procédés auto-nominatif Samir Makiste, Le Mob Iste, Jsk Iste forme disloqué deJskiste– nom obtenu des initiales de Jeunesse Sportive de Kabylie et qui désigne ses supporters.

En somme, les exemples présentés ci-dessus, montrent que le mode de formation des identifiants est variable et n’ont pas les mêmes modalités structurelles au point de vue morphosyntaxique et n’obéissent à aucune règle ou schémas dénominatif spécifique. Ils s’inscrivent, de ce fait, dans un système autonominatif souple et en constante dynamique. Cependant, nous pouvons dire qu’il y a une quasi-analogie des noms et des procédés de formation des autonymes avec les procédés de formation des sobriquets et des noms désignateurs de commerce. Ceci montre que les pratiques auto-nominatives ne se détachent pas du fond onomastique local et les usagers continuent à puiser dans le fond lexical des noms propres des autres registres. 

L’observation et l’analyse de certaines particularité de notre corpus nous a permis d’affirmer que la tendance général dans le processus de création pseudonymique est :

  • à l’appropriation de dénominations autres que les siennes : emprunt nominatif ;
  • au maintien de l’identité officielle ou quasi-officielle ;
  • enfin à la création en usant de divers procédés comme la vernalisation, le rajout, et la dérivation, etc.

A ne pas conclure que le choix ou la construction de l’identité pseudonyme est conditionné d’un côté par l’esprit créatif et de certains facteurs extérieurs aux dispositifs numériques c’est-à-dire les conditions psycho-socioculturelles et identitaires des usagers. Et de l’autre, comme nous l’avons affirmé supra, les contraintes techniques et la politique d’identification que les dispositifs leur imposent.

Pour citer ce billet : Bourdache A., 25 août 2019, « Pour une cartographie onomastique des pratiques autonominatives en ligne : l’exemple des pseudonymes sur les réseaux socionumériques», Discours, Langue et Société [Carnet de recherche], https://lesms.hypotheses.org/154 , consulté le…

Références bibliographiques

BOURDACHE, Achour (2018). «Esquisse d’une description linguistique des procédés auto-nominatifs dans les écosystèmes numériques : cas de Facebook», In : Cahiers de Langue et de Littérature, n°13, 2018. pp. 26-39

Antonio Casilli. Être présent en ligne : culture et structure des réseaux sociaux d’Internet. Idées économiques et sociales, Réseau Canopé, 2012, 169 (1), pp.16-29. <hal-00734746v1>

CISLARU, Georgeta (2011).  « Le  pseudonyme,  nom  ou  discours? », Les  Carnets  du  Cediscor  [En  ligne],  n°11.  Consulté le 27 octobre 2013 à l’adresse suivante : http://cediscor.revues.org/746

Madec Mikael. Introduction à l’étude des surnoms individuels, sobriquets de la région de Saint-Hilaire-du-Harcouët. In : Annales de Normandie, 33ᵉ année, n°3, 1983. pp. 273-288 ; doi : https://doi.org/10.3406/annor.1983.5522

https://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1983_num_33_3_5522

MARTIN, Marcienne (2012).  Se nommer pour exister.  L’exemple du pseudonyme sur l’internet, Paris, Editions l’Harmattan.

MARQUESANTONIO JOSÉ, Souro (1993). « Histoire (s) de sobriquets : du populaire au littéraire », Paremia, 2: 1993. Madrid.

Marie-Anne Paveau, « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires [Online], 2014-1 | 2015, Online since 12 January 2015, connection on 27 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/2313 ; DOI : 10.4000/itineraires.2313

Claude Denjean. JEUX ANTHROPONYMIQUES IDENTITAIRES DES JUIFS ET CONVERTIS DE L’EST DE LA PÉNINSULE IBÉRIQUE AU XVe SIÈCLE. Un juego de engaños, Colloque de la Casa de Velázquez (17-19 novembre 2008), 2008, France. p. 295- 312. ffhalshs-00797904f

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00797904/document

Louise Merzeau, « Le profil : une rhétorique dispositive », Itinéraires [En ligne], 2015-3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 27 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/3056 ; DOI : 10.4000/itineraires.3056

Perea François, « L’identité numérique : de la cité à l’écran. Quelques aspects de la représentation de soi dans l’espace numérique », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2010/1 (Volume 2010), p. 144-159. URL : https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2010-1-page-144.htm


[1] Nous empruntons ce terme à Denjean. C. (2008). Nous l’utilisons pour désigner les identifiants à caractère cryptonymique comme les faux noms ou les énoncés. Voir Denjean. C. (2008). Jeux anthroponymiques identitaires des Juifs et convertis de l’est de la péninsule Ibérique au XVE Siècle. Un juego de engaños, Colloque de la Casa de Velázquez (17-19 novembre 2008), France. p. 295- 312. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00797904/document

[2] Concept emprunté à Catherine TAINE CHEIKH «Eléments d’anthroponymie Maure. Enjeux et significations du nom d’Ego » In littérature Orale Arabo-Berbère 27 (1999), pp 69-208. Nous entendons par noms-phrases les syntagmes et les énoncés employés pour servir d’identifiants électroniques. 

[3]



Citer ce billet
Achour Bourdache (2019, 25 août). Pour une cartographie onomastique des pratiques auto-nominatives en ligne : l’exemple des pseudonymes sur les RSN. Discours, Langue et Société. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quo1

Achour Bourdache

Docteur en Sciences du langage à l'université de Bejaia (Algérie). Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les discours numériques natifs en privilégiant des perspectives écologiques et interdisciplinaires.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search